Vertige, Franck Thilliez

Mon premier Franck Thilliez me laisse un goût assez mitigé, un arrière goût même d’un truc un peu trop poisseux pour être vraiment à mon goût. Pourtant, j’aime bien quand ça poisse dru et sévère, et pour cela, il faut en convenir, ce titre offre une version de trois hommes dans un bateau totalement dépourvue d’humour.

Les trois hommes ne sont d’ailleurs pas dans un bateau et encore moins dans une situation drolatique. Ils sont dans une grotte, enfermés sans savoir par qui, pourquoi, comment et combien de temps. Le narrateur se nomme Jonathan Touvier. A sa dernière connaissance, il était au chevet de sa femme, Françoise, qui se meurt d’un cancer à l’hôpital. Il fut un alpiniste chevronné, et des souvenirs d’ascension lui reviendront régulièrement et finiront par faire partie de l’histoire. Mais, en attendant de voir des bribes d’explication se former, il est enchaîné par le poignet droit sous une tente, avec juste assez de chaîne pour tourner autour. Il a aussi avec lui son chien, mi chien mi loup d’ailleurs, mais un chien, c’est aussi de la viande. Comme ses deux compagnons aussi. Le premier qu’il découvre est Michel, libre de toute entrave mais la tête enserrée dans une cagoule de fer, et le second est Farid, le plus jeune, qui lui en entravé par la cheville. Des instructions et consignes sont accrochées sur leurs vêtements et sur les parois de toile. La cagoule explosera si Michel s’éloigne trop des deux autres, et les voilà donc liés pour le pire. Autour de la tente, quelques ressources, un peu d’eau, un réchaud, mais aussi un vieux mange disque … Il va donc falloir survivre à défaut de pouvoir sortir.

Le jeu à jouer est cruel, une fois que l’on admet, rapidement, qu’une grotte est froide, obscure, offre peu de ressources à cultiver, et que c’est donc le lieu d’une torture lente, où il reste pour les trois acteurs à décider si ils tiendront le rôle du bourreau ou de la victime, en alternance avec les deux autres, trois hommes dans un huis clos de glace, de sang et de rage. En fait, on se retrouve dans un remake de « l’enfer c’est les autres » de Sartre à la sauce thriller glauque. Sauf que chez Sartre, il n’y avait pas de chien, entre autre différence. Chaque personnage campe une des faces possibles et sordides de l’homme placé en conditions extrêmes, lorsque la folie rode et qu’un secret honteux se fait jour, dont la grotte ne serait peut-être, finalement, qu’un avatar un peu plus honteux que la vérité.

Bon, pas de quoi convoquer Platon non plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :