Mister Brown, Agatha Christie

Déja que je n’adore pas avec (enfin, pas depuis que je n’ai plus quinze ans, ce qui fait que mon goût date quand même un peu …), mais alors sans, je ne vois pas, j’ai dû avoir un problème d’espace temps, une histoire d’escalier sombre où ma mémoire a grillé une ampoule … Le fait est en tout cas que le titre ne m’a pas fait jouvence !

Deux jeunes gens entrent en scène, Timmy et Tuppence. Ils sont alertes et parlent dans un style aussi daté que des jeunes qui auraient avalé un bon de ravitaillement pour un kilo de naphtaline. Lui, c’est « mon petit vieux » et elle « ma vieille branche ». Ils sont aussi fauchés l’un que l’autre dans cette immédiate après première guerre mondiale dans une Angleterre si compassée que s’interpeller dans la rue comme ils le font, ces deux jeunes étourdis, est un motif d’embouteillages pour passants à chapeaux melons et vieilles dentelles amidonnées.

Autour d’une tasse de bon thé, ils décident de faire fortune en passant une annonce, une petite dans les journaux, proposant leurs services de jeunes aventuriers à qui en voudrait bien. Du moment qu’ils y gagneraient une forte prime, ils sont prêts à toute mission, même déraisonnable. En fait de déraisonnable, on va être servi ; mystérieux commanditaire, mystérieux documents, enlèvements mystérieux, victime mystérieuse ( mais à double visage, faut faire gaffe pour suivre), paquet mystérieux (mais vide), clinique mystérieuse et cachettes secrètes derrière des rideaux.

Tant de mystères cache sûrement une affaire louche … Me suis-je dis, fine mouche, rattrapant de justesse une paupière qui avait tendance à tomber et à me masquer la résolution de l’énigme, pourtant aussi évidente que les pièges où la pétillante Tuddence et son toujours bondissant acolyte foncent tête baissée toutes les 10 pages, alors que le toujours mystérieux mister Brown s’obstine à leur filer entre les doigts avant d’être pris la main dans le sac…. 

Evidemment, on ne peut reprocher à Agatha Christie d’écrire dans un style compassé une intrigue sans relief, ce mister Brown doit être un amuse bouche, que j’aurais dû prendre comme une curiosité paléontologique, plus que comme un vrai livre.

Pour une première publication 2017, j’aurais pu trouver plus attractif, mais promis, on ne m’y reprendra plus ….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :