La petite femelle, Philippe Jaenada

Pauline Dubuisson, Philippe Jaenada la vit, l’impulse, lui souffle l’âme qu’elle avait perdue quelque part dans le crime de fait divers qui a fait sa chute de presque ange déchu, et aussi sa célébrité, pour que son malheur soit vraiment total.

Pauline Dubuisson, Philippe Jaenada la vit, l’impulse, lui souffle l’âme qu’elle avait perdue quelque part dans le crime de fait divers qui a fait sa chute de presque ange déchu, et aussi sa célébrité, pour que son malheur soit vraiment total.

L’auteur reprend la vie de cette jeune fille élevée à la sauce nietzschéenne par son père qui n’en avait retenue que la ligne du plus fort. Homme d’affaire installé à Saint Malo les bains, bourgade proche de Dunkerque, André Dubuisson est un homme de caste, plus que de convictions. La mère de Pauline existe à peine, dans une sorte d’ombre neurasthénique. Les deux frères sont plus âgés et lorsqu’arrive la guerre et les troupes d’occupation, la collaboration , il n’y a plus que Pauline dans cette sinistre famille. Son père instrumentalise son jouet consentant et à partir de ses treize et jusque la fin de la guerre, Pauline passe dans les bras de plusieurs amants allemands (deux seulement avérés selon l’auteur). La rumeur lui en prêtera bien davantage, alors Jaenada rétablit les comptes, comme plus tard, pour ses amours « libres » à Lyon où elle poursuivra contre sa destinée perdue d’avance des études de médecine.

De cette adolescence déséquilibrée, l’auteur fait le tremplin de ce qui mènera Pauline vers le crime de droit commun, une triste héroïne d’un fait divers qui aurait pu être banal, somme toute, le meurtre d’un amant qui l’avait éconduite.

Mais Pauline est hors normes, et surtout en dehors des normes. Belle, intelligente, déterminée, elle est vraiment cette petite femelle qui se débat contre elle même, et veut une route peu comprise. A coups d’arguments détaillés et convaincus, l’auteur livre son plaidoyer. Il décortique et explique le moindre de ses faux pas, tripatouille le moindre rapport établi à charge, dissèque les à priori et les failles du procès, remet à l’heure les enquêtes déficientes, déficientes car toujours basées sur la faille initiale, la liberté qu’elle a eu de son corps, jusqu’à en oublier une fameuse petite culotte et des protections intimes derrière elle, au pied des lits allemands.

Pour l’auteur, aucun doute, c’est bien la société bien pensante et corseté de l’après guerre qui a fait de Pauline une coupable, forcement coupable, dirait Marguerite, si elle était encore là.

Ce long plaidoyer n’est pas une sage biographie, l’auteur investit le texte, ne se prive pas de commenter à la première personne, d’intervenir, de juger coupable, de distribuer les mauvais points, d’insérer une anecdote en apparence peu pertinente, mais qui retombe finalement sur ses deux pieds. Il y a du plaisir dans l’écriture, de l’intensité, des vibratos féministes plein la plume. Il y a autant de goût à lire cette réhabilitation en règle. Jamais il ne la lâche sa Pauline, jusqu’au bout, jusque dans la tombe que le sable aurait dû effacer, il lui tient la main et lui relève la tête.

Publicités

Un commentaire sur “La petite femelle, Philippe Jaenada

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :