Le cas Malaussène, Daniel Pennac

Je l’avais un peu perdu de vue le Benjamin, après mes lectures enamourées du bouc émissaire le plus célèbre de la littérature française, un peu lassée, et c’est un comble, des ficelles qui m’avaient tant plu. Lecteur, lectrice, nous sommes parfois bien pusillanimes et bien ingrats … de rechigner à jubiler, encore et encore …..

Benjamin est de retour, un peu vieilli, un peu plus esseulé. La nouvelle génération a pris le large, loin du Vercors, l’enclave protectrice des remous du monde. Benjamin y est presque en vacances, entre deux Skypes avec ses rejetons partis faire œuvres humanitaires aux quatre coins du monde. Presque, parce que la Reine Zabo lui a confié la mission de planquer son nouvel auteur vedette de la nouvelle ligne éditoriale qu’elle impose à la maison ; la vévé, la vérité vraie. Pas le réalisme, mais la confession du pire vécu sans filtre. Alceste, l’auteur phare, est poursuivi par les membres de sa propre famille pour avoir dévoilé les supercheries de leurs parents (supercheries cruelles mais à la sauce Pennac, de la supercherie littéraire …), dans un premier best seller « Ils m’ont menti ». Alceste est donc, forcément, l’ennemi de Benjamin, tenant de la fiction à tout crin, et de la fiction, il y en a …

Un de ses fils conducteurs est l’enlèvement d’un racheteur d’entreprises en faillitte, parti toucher le chèque de son parachute doré en short et canne à pêche. Fort en gueule, cynique, il a résisté à Verdun, c’est dire qu’il a de la couenne, le bougre. Ben oui, Verdun est là, toujours aussi droite que la justice, et Julia, aussi, et la troisième version de Julius le chien, toujours aussi conforme à la première, il y a tous les anciens, ceux qui ont survécus, et même les disparus dont les mânes planent, protectrices, sur l’agitation échevelée d’une tribu en constante progression numérique, mais en parfaite continuité chimérique d’avec les valeurs tribales. Et les nouveaux venus se raccrochent comme ils le peuvent à la machine à histoire lancée par Pennac à toute allure, chamboulant en rigolant, sûrement, les frontières de la fiction.

Car, c’est bien du rôle de la fiction dont on nous parle ici, et l’auteur, particulièrement joueur, construit un puzzle rétrospectif et prospectif, point du tout nostalgique, ( j’ai particulièrement souri à la réutilisation du succès de la trilogie d’origine comme trompe l’oeil, effet « vache qui rit » garanti !) : un jeu de miroirs et de passe passe littéraire, dont les rides sourient, aussi pétillantes et malicieuses qu’un clin d’oeil. Une fiction qui dit une vérité sur un certain fonctionnement du monde, et du bien contre le mal, les Malaussène contre le reste du monde, en gros !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :