Caché dans la maison des fous, Didier Daeninckx

En 1943, cet asile pour les fous, mais aussi pour les psychiatres finalement, est devenu le refuge de quelques résistants. Et pas des moindres en littérature, puisque Paul Eluard y séjourna en compagnie de Nush. Dans ce livre, ils passent dans l’histoire d’une autre célébrité, même si elle est bien oubliée aujourd’hui, Denise Glaser. J’ai dû rechercher un peu dans ma mémoire des temps anciens que je n’ai pas vécus, pour retrouver trace de cette dame qui anima une mythique émission « Discorama » ( que nous connaissons en général pour les extraits montrant Brel, Ferré, Brassens …). Ce fut bien après cette rencontre à Saint Alban, évidemment, où Denise n’est encore qu’une jeune résistante, mise à l’écart de son réseau actif, pour un moment de pause.

En 1943, cet asile pour les fous, mais aussi pour les psychiatres finalement, est devenu le refuge de quelques résistants. Et pas des moindres en littérature, puisque Paul Eluard y séjourna en compagnie de Nush. Dans ce livre, ils passent dans l’histoire d’une autre célébrité, même si elle est bien oubliée aujourd’hui, Denise Glaser. J’ai dû rechercher un peu dans ma mémoire des temps anciens que je n’ai pas vécus, pour retrouver trace de cette dame qui anima une mythique émission « Discorama » ( que nous connaissons en général pour les extraits montrant Brel, Ferré, Brassens …). Ce fut bien après cette rencontre à Saint Alban, évidemment, où Denise n’est encore qu’une jeune résistante, mise à l’écart de son réseau actif, pour un moment de pause.

 Pendant son séjour à l’hôpital, Denise s’occupe comme elle le peut, elle regarde, écoute, range les livres éparpillés de la bibliothèque, tente un recensement. Elle entrevoit  quelques silhouettes d’internés, ombres qui passent derrière des murs qu’elle ne franchit que par des bribes de récits des soignants, ou gardiens. 

A Saint Alban, on accueille d’autant plus volontiers les résistants que l’hôpital est aux mains de médecins novateurs qui tente de pratiquer autrement que par la seule rétention, le soin des déviants de la raison.

Le directeur en est Lucien Bonnafé, résistant politique et médical. Il tenait un discours iconoclaste pour l’époque, pensant que la pratique artistique pouvait aider les esprits fêlés. il respectait, voire encourageait, leur libre expression. A ses côtés, œuvrait un autre médecin, François Tosquelles : républicain, marxiste et libertaire, condamné à mort par Franco. Voilà pour le côté médecins.

Côté littérature, Eluard et Nush apparaissent soudés l’un à l’autre, sur un coin de table ou au coin d’un lit. Denise ne s’en approche qu’à pas feutrés, si feutrés qu’on les entend à peine. De même pour les médecins, un dialogue ou deux autour d’un repas, pour organiser la disette de ces temps d’occupation alors que l’hôpital se doit de continuer à fonctionner et à nourrir les corps malades.

Avec tous ces personnages, l’histoire de saint Alban, si singulière, le roman, même court, aurait pu être foisonnant. Il est court, mais surtout elliptique. On garde l’impression d’être passé à côté d’un terrain tellement riche que les échos qui nous en sont donnés à travers le seul regard (très partiel en plus) de Denise, nous le rendent d’autant plus frustrant.

Daeninckx est pourtant souvent très tatillon et rigoureux dans ses reconstructions historiques, c’est donc étonnant d’en découvrir davantage par les annexes de la fin que dans le fil d’un bien mince récit …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :