Américanah, Chimamanda Ngozi Adichie

Qui pourrait avoir comme sous titre :  » Comment une nigériane voit l’Amérique des blancs et des afro américains », c’est-à-dire, comment une nigériane devient une femme noire, vu qu’avant, elle était seulement nigériane, habitant Lagos, fille d’un petit fonctionnaire un peu snob et d’une mère excitée des églises.

Cette jeune fille, parmi tant d’autres comme elle, avait aussi une tante, presque deuxième épouse, et pour qui le marché sexe argent était égalitaire. Ifemelu, l’héroïne, donc, avait surtout un petit ami, un grand amour, Ohinze, qui lui rêvait d’Amérique. Elle ne partageait pas son admiration, et pourtant, c’est bien elle qui y partira en premier, dans les USA de cocagne. Et il ne l’y rejoindra pas. 

Ifemelu, arrivée étudiante désargentée et complètement paumée, s’y tracera un chemin ascendant, de baby sitter à reine des blogueuses et maîtresse exotique d’un play boy argenté qui avait vraiment tout pour plaire, beau, riche, gentil, amoureux et vraiment pas contrariant … 

Je résume, hein, parce qu’évidemment, l’exil, la solitude, le regard des autres, le poids de soi, c’est quand même pas facile, facile, pour elle, faut pas croire … Lui suffira pas d’être noire et d’avoir de jolis seins pour réussir à avoir tout cela, Ifemelu devra avaler quelques couleuvres, y pas de raisons. mais moins que le Obinze. Lui, c’est l’Angleterre qu’il va tenter, finalement, (pas bien compris pourquoi, mais sûrement pour construire une opposition ?). Il ne va rien y réussir du tout, coincé dans sa bulle de misère de migrant sans papiers.

Je vous rassure, on apprend le gros du parcours dès le début, vu qu’Ifemelu a décidé de tout planquer pour rentrer chez elle, près de quinze années après en être partie, redevenir nigériane, ne plus être définie par la question de la race noire, métisse, afro ou pas … et que l’on a fait connaissance avec un Obinze, déjà revenu et devenu richissime. 

Il ne reste plus dans le reste du roman (et le reste est conséquent quand même …) qu’à combler les trous d’Obinze et les pleins d’Ifemelu pour arriver au point de départ du retour. 

Les trous sont pour lui les affres de l’état de travailleur clandestin. Et comme son éducation cultivée et attentive ne lui a pas permis de devenir escroc, il sera donc victime. Les pleins sont pour elle, les amants successifs, un blanc (le play boy) et un afro américain, universitaire et converti au bio. Elle passera aussi de l’état de défrisage à celui de militante des cheveux naturels. De temps en temps, on peut réfléchir aussi en lisant les articles de son blog, où le défrisage en prend un coup, entre autres considérations sur l’hypocrisie américaine concernant le racisme, et autre peu reluisantes considérations sur une forme singulière de bien pensance …

Une comparaison entre elle et sa tante  (exilée avant elle pour cause de remue ménage politique avec son général) est aussi possible par la construction narrative et permet de conclure que le pire, pour une nigériane cultivée, exilée aux USA, est de tomber sur un afro américain inculte. 

Vous l’aurez compris, les personnages ne m’ont pas convaincue. Le tableau des USA, si, il est croquant à souhait et juste assez détaché et pas correct pour me faire sourire. Mais eux, le couple du grand amour, non, rien à faire … A chaque fois que je les laissais, et je les laissais souvent, faut dire, je me disais qu’avec un peu bol, ils auraient avancé le bouquin en mon absence, ils pourraient me faire un petit résumé vite fait au retour, et ça irait bien comme cela. Voire même qu’ils prennent de l’avance, je leur dis que j’arrive, on s’arrange comme ça ?

Ben non, à croire que les personnages de roman, parfois sont aussi têtus que peu autonomes …

A lire l’avis d’Inganmick, j’espère que sa lecture du même roman lui fut plus trépidante !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :