Watership Down, Richard Adams

Dans la garenne de Padi-Shâ (le nom du maître des lapins), tout semble tranquille en cette soirée de farfal ( moment où les lapins broutent en chœur). La Hourda (l’aristocratie militaire) veille à la sécurité de la communauté, les hommes sont loin, leurs kataklops immobiles dans les cours des fermes, et les vilous (les prédateurs) ne pointent pas le début d’une canine pour les croquer.

Tout est tranquille, sauf Fyveer, le frère de Hasel. Fyveer et Hasel sont deux lapins anonymes de la garenne, des périférés, c’est-à-dire, des jeunes lapins n’ayant ni vigueur ni qualités particulières et qui, donc, vivent au bord de la colonie, sans qu’on leur demande quoique ce soit. Sauf que, tout petit et malingre qu’il soit, Fyveer a une particularité , il possède une sorte de don de voyance, d’ailleurs assez mal maîtrisé, à la limite de la transe hystérique. Et ce soir là, il raconte qu’il a fait un rêve prémonitoire, qu’une grande catastrophe arrive et que la colonie va être décimée.

Venant d’un lapin d’aussi peu d’envergure, la prémonition de Fyveer est ignorée par le maître, mais quand même entendue de quelques membres, un peu égarés eux aussi, dans les confins de la hiérarchie lapine, et c’est ainsi que commence l’odyssée de Hasel, Fyveer, Silvère, Bigwig, Raqhmus et Dandelion.

Les lapins sont peureux et facilement sujets au sfar (le lapin qui reste debout dans la lueur des phares est en état de sfar), les lapins ont de nombreux prédateurs et très peu de moyen de défense, la plus certaine étant la rapidité de la fuite. La bande de Hasel disparait donc à la lueur du clair de lune vers un inconnu forcément inquiétant.

D’ailleurs, au départ, ils fuient plutôt qu’ils ne partent. Un ombre est un vilou, un ruisselet un fleuve, un terrain boueux, un marécage tueur de l’espoir de retrouver un terrain favorable à la création de la garenne de leurs rêves. Hasel étant celui qui prend les décisions les plus rapidement, fait figure de chef, son frère de guide, plus ou moins crédible, Bigwig est le plus costaud, Rahmus, le plus astucieux, et les deux autres les plus suiveurs.

L’odyssée de la nouvelle garenne, à trouver, à construire, à consolider est une suite d’aventures permanentes, pour la moindre décision, le plus insignifiant des obstacles, pour nos lapins, tout est sujet à rebondissements. Il leur faut le plus souvent affronter leurs propres peurs et leur tendance naturelle à l’éparpillement et à la distraction, mais aussi, changer les rites et les habitudes, voir le monde autrement qu’ils l’avaient toujours vu.

Ils gagneront des alliés innatendus, une musaraigne, et même une mouette, mèneront une expédition dantesque vers le royaume terrifiant de Stachys, le lapin qui n’en était même pas un, tellement il ignorait la peur. De l’enfer, nos lapins en rameront des nouveaux, tout plus solidaires les uns que les autres, mais aussi les hases (femelles) suffisantes pour fonder la paix de Watership Down, sous l’oeil débonnaire du grand Krick. Quant au méchant lapin noir, il n’est plus que le croquemitaire, dont les mères agitent les méfaits aux oreilles des lapereaux récalcitrants.

Ayant souvent expliqué à fiston et fifille que La Fontaine était un gros truqueur arriviste qui était autant amoureux de la nature que moi des carpes japonaises, la lecture de ce livre m’a valu des commentaires amusés, comme quoi, je filais un mauvais coton à fréquenter autant de lapins, et que mon attendrissement amusé derrière mes lunettes allait valoir à leur père un enthousiasme dangereux pour l’état de la pelouse en rentrant à la maison.

De toute façon, la pelouse, ce n’est plus que du trèfle depuis longtemps …

Publicités

16 commentaires sur “Watership Down, Richard Adams

Ajouter un commentaire

    1. L’homme est contre l’expansion des lapinous dans le jardin ! Ce serait une super solution pour le trèfle (pour l’instant, cette argumentation ne passe pas … Mais il n’a pas encore lu le roman !) En tout cas merci du conseil, je me suis régalée. Et j’ai commandé « Marguerite n’aime pas ses fesses » cet après midi dans ma librairie préférée, vile tentatrice …

      Aimé par 1 personne

  1. J’ai eu du mal, personnellement. Pourtant j’aime beaucoup les lapins (non, pas en civet…) et je reconnais un tas de qualités à ce bouquin, mais je crois que les récits d’animaux, ce n’est pas pour moi (je n’arrive pas à m’immerger)..

    J'aime

    1. C’est exactement ce que je me suis dit au départ, je me suis rendu compte que la psychologie des lapins étant quand même limitée, je n’arrivais pas à les différencier, et donc, à me projeter, à avoir un minimum d’empathie. Et puis, l’aspect conte a pris le dessus, je pense, et ils m’ont entraînée à leur suite, les lapinous …

      J'aime

    1. Je comprends bien ces aller retour, mon exemplaire a fait aussi de fausses sorties ! Mais vraiment pas de quoi être intimidée, je te jure, cette épopée se lit très bien et on se prend assez rapidement de tendresse pour ces lapins qui se débattent dans le vaste monde !

      J'aime

  2. Un régal ce roman, j’ai adoré de bout en bout. Et j’avoue que je suis assez surpris de te trouver sur la même longueur d’ondes que moi je pensais que ces lapinous auraient bien plus de mal à te convaincre !

    J'aime

    1. ben pourquoi ? Tu sais, j’ai le coeur tendre, parfois ! Et cette odyssée lapinouse est effectivement un régal, avec une succession d’épisodes très drôles car se retrouver dans une tête de lapin, c’est quand même plutôt rare.

      J'aime

  3. J’aime les lapinous… mais j’ai dû m’accrocher par moments. j’aurais dû le lire plus jeune. Mais j’ai aimé la mythologie lapinesque… et le fait que les lapins se conduisent comme des lapins!

    J'aime

    1. C’est vraiment ce qui fait l’intérêt de ce livre, je trouve, mais aussi sa « difficulté », les lapins restent des lapins, on ne peut s’y projeter, pas d’anthropomorphisme, ni de morale « humaine », c’est effectivement déstabilisant, mais comme toi, j’ai aimé finalement !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :