Les évaporés, Thomas B.Reverdy

Expérience étrange que celle de Richard B., plongé par l'amour d'une fille qui ne l'aime pas vraiment du même amour que lui, dans un pays, le Japon, auquel il ne comprend rien, chargé d'une enquête dont il ne maîtrise pas le début du point mort. Richard B. est détective privé à San Francisco, mais rien... Lire la Suite →

Le dimanche des mères, Graham Swift

Le dimanche des mères est une sorte de jour de congé à part, en cette Angleterre surannée et compassée, so british comme on l'aime. En cette année de 1924, il tombe le 30 mars, ce qui n'a aucune importance  pour Jane, la narratrice, puisque, orpheline, elle n'a pas de parente à qui rendre visite. En... Lire la Suite →

La promesse de l’aube, Romain Gary

Pour moi, Romain Gary, c'était surtout Emile Ajar, la supercherie du Goncourt, et puis Jean Seberg, aussi, un certain ennui de vivre. La vie devant soi, Momo et son langage cru, et la tête de Simone Signoret si fatiguée, en madame  Rosa.

La neige noire, Paul Lynch

Comme le titre l'indique, on patauge un peu dans l'épaisseur du désespoir dans la famille Kane, comté du Donegal, Irlande, 1945 en théorie, dans un trou de l'espace temps qui a les racines profondes dans la misère.  Barnabas Kane a dû s'exiler aux USA bien avant la deuxième guerre, poussé enfant sur un bateau par... Lire la Suite →

Je ne sais pas ce qu'elle a cette belle personne (mis à part qu'elle est une belle personne) mais, tout à l'heure, pendant un quart d'heure, j'étais presque convaincue qu'il fallait que je relise Faulkner. Elle a présenté  "Le bruit et la fureur" avec une telle force de conviction que je me suis dit qu'en... Lire la Suite →

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑