La promesse de l’aube, Romain Gary

Et bien, ça m’a changé la vision cette autobiographie, que l’on peut largement soupçonner d’être arrangée, ce qui ne l’empêche pas d’être belle. Romain Gary se peint ici en fils exclusif de celle qui l’aima tellement, que plus aucun amour ne pourra le combler, plus jamais (ma copine préférée me l’a textoté en plein milieu de ma lecture « l’amour maternel à l’aube de notre vie ne tient jamais ses promesses », je pense qu’elle voulait que je comprenne bien le texte … ) Sa mère lui a bâti un destin, il a tenté d’y être fidèle et de respecter le serment de son enfance, la venger de Totoche, le dieu de la bêtise, Merzavka, le dieu des vérités absolues, Filoche, le dieu de la petitesse ; la cohorte de ses adversaires, à elle, qui aurait tant voulu être une grande artiste. Mais comme ils ne lui ont pas laissé avoir un destin à sa mesure, ce sera à son fils de réparer le fil en devenant quelque chose … Mais quoi ?

Les différents domaines où Romain pourrait exercer son excellence s’amenuisent au fur et à mesure de son enfance. D’abord à Wilno, en Pologne où la mère et le fils  attendent de retrouver la France, le pays de la France imaginé par la mère, la France des clichés du pays de la liberté et des grandes victoires : le roman national dans ses très grandes largeurs. Mais, il ne sera ni chanteur, ni peintre, ni acteur, malgré les cris d’amour aveugle de la mère qui marquent chaque échec par le départ vers un nouveau possible.

Arrivés à Nice, les plans sont enfin fixés, Romain sera écrivain, officier de marine en costume blanc et diplomate tombeur de femmes fatales. Les grandes lignes tracées vers le futur, il ne reste plus qu’à faire plier la misère du présent pour qu’il se transforme. Ce que la mère rêve, Romain tente de l’accomplir, même si ce n’est pas évident quand, pour seule victoire, l’adolescent décroche la médaille d’argent au championnat de ping pong.

Et pourtant, l’itinéraire atypique de l’écrivain finira par rejoindre le mythe maternel originel : une vague licence de droit en poche, des conquêtes amoureuses aussi généreuses que peu triomphantes, quelques nouvelles publiées et sanctifiées par l’enthousiasme sans failles de celle qui claironne sa gloire à chaque pas, sur le marché de la Barca, à Nice. Gary deviendra le héros de ses rêves, l’aviateur au blouson de cuir, la casquette penchée sur le regard de dur à cuir : la pose que sa mère lui fait prendre depuis tout petit, les yeux vers le soleil, la main sur la hanche.

Les récits des hauts faits maternels, sa vision d’enfant crédule et conquis, ses hontes d’elle, et son adhésion nous amène à y croire, à voir la mère enfin récompensée, se pavaner au bras de son fils médaillé sur la Promenade des Anglais … Mais ils se font du haut d’un homme, qui à quarante et quelques années, se dit grisonnant et troué du vide que les morts ont laissé à leur place, autour de lui. De ses souvenirs, il fait un mausolée à sa mère, mais aussi à celui qu’il fut : naïf, confiant, d’un séduisant humanisme désabusé.

« J’ai vécu » dit-il, et on entend, j’ai survécu.

 

Publicités

27 commentaires sur “La promesse de l’aube, Romain Gary

Ajouter un commentaire

    1. Je vais que c’est mon premier … je compte pour rien ma lecture adolescente de la vie devant soi, où l’histoire de Momo et Rosa m’avait laissé circonspecte, un univers trop loin du mien à l’époque, je pense. Un roman que je vais sûrement relire.

      J'aime

    1. Oui, j’ai laissé de côté l’humour, pas vraiment volontairement, ton commentaire me le fait réaliser. J’ai souri, bien sûr, mais je crois que je n’ai pas vraiment pris la légèreté voulue apparente, très au sérieux. Après, je me trompe peut-être !

      J'aime

  1. Je viens de le terminer aussi, dans le cadre d’une LC avec Kathel, tu aurais pu te joindre à nous ! Il m’a beaucoup plu, il y a à la fois beaucoup d’humour -notamment sous forme d’auto dérision-, de tendresse et oui, une tristesse insondable enfouie sous tout ça, comme si trop d’amour au début de sa vie l’avait condamné à une quête vouée à l’échec pour le reste de l’existence, et à traîner la nostalgie de cette affection inconditionnelle.

    Aimé par 1 personne

    1. je lis peu d’autobiographies, je n’aime pas cela en général, mais celle ci est différente, il revisite vraiment son histoire, donne un sens à celle de sa mère, la tant aimée, la tellement détestée. Finalement, c’est elle l’héroïne !

      Aimé par 1 personne

  2. Romain Gary, c’est un de mes auteurs chouchou et j’ai a-do-ré La promesse de l’aube. J’aime beaucoup la lucidité de cet homme sur la vie, ses observations aussi, et puis sa manière de raconter les choses. Pas vu le film par contre, je préfère rester sur le livre pour une fois.

    J'aime

    1. Ben, tu vois, je commence à le découvrir, je ne sais pas trop si c’est sa lucidité que j’ai apprécié ou son côté menteur magnifique … Mais, dans ce titre au moins, un mensonge généreux, altruiste, il dit aussi sa honte de cette mère théâtrale, excessive … Un mensonge sincère ! Un paradoxe que j’irai interroger de plus près.

      J'aime

  3. Toujours pas lu, j’ai passé mon tour pour le film. Je n’ai lu qu’un roman de Romain Gary , comme toi  » La vie devant soi « , qui ne me laisse pas un souvenir impérissable. Mais tout de même, j’ai noté  » Une éducation européenne « .

    J'aime

    1. J’étais toute jeune, 16 ans, je crois, quand j’ai lu La vie devant soi. Pour la jeune provinciale un peu fleur bleue que j’étais (j’adorais Colette et Gireaudoux …Me pâmais devant Cocteau et la série des Angélique des anges), l’univers d’une vieille prostituée et de son jeune protégé , c’était tellement loin de moi ! Depuis, j’ai grandi …

      J'aime

    1. Je viens de regarder le trailer, tellement les commentaires parlent du film. évidemment, c’est trop court pour juger, mais je n’ai aucune envie de le voir, les images ne collent pas avec mes images ! Mais pourquoi as-tu été surprise d’aimer ce livre ? (j’avoue que moi aussi, un peu …)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :