Les hauts du bas, Pascal Garnier

Edouard Lavenant est un vieillard qu’en un premier temps, on apprécie détester. Il a quitté Lyon et son travail d’homme de loi et d’ordre, suite à un malaise, et pour raison médicales, il a installé sa carcasse grinçante à Rémusat, petit village de la Drôme aux accents provençaux. Qu’il ne goûte guère même si lorsque l’on fait sa connaissance, il vient de finir un pastis, qu’il a savouré d’ailleurs car il a le goût de l’interdit et de l’invective. Égoïste, grincheux, solitaire, rouillé, autoritaire, veuf et sans enfants, il a embauché Thérèse depuis quelques mois, et il s’emploie à la contrarier avec constance. Ce jour-là, elle voulait faire un pique nique … Ce d’Edouard ne peut  que trouver du dernier ridicule.

Ils forment un drôle de couple. Officiellement, elle est son infirmière, sa gouvernante, sa cuisinière et donc aussi son souffre douleur, il passe sur elle ses humeurs, assez salées et amères pour en devenir drôles, pour nous, du moins.

Thérèse subit son poil à gratter d’employeur avec une bonne humeur agaçante (pour lui). Depuis vingt cinq ans qu’elle prend soin de malades cachochymes, il lui en faut bien plus pour la déstabiliser. Elle n’est plus toute jeune non plus, faut dire, plus grassouillette que ferme, plus sentimentale qu’il ne le faudrait, elle fait vaciller la faille d’Edouard.

Ils jouent ainsi au chat et à la souris, sans trop sortir les griffes. Finalement, ce qu’Edouard ne supporte pas, c’est la vieillesse, et Thérèse le pousse malgré lui vers quelques menus plaisirs, une sieste à l’ombre après quelques verres de rosé, un plat d’escargots … La carapace commence à trembler.

C’est alors que je le roman vire de bord et laisse choir ce début de romance qui avait pourtant le bon goût d’un vieux film de bras cassés attendrissants sur fond de Drôme pittoresque, pour endosser le scénario d’un thriller mal fichu. En effet, débarque Jean Baptiste, fils de Sylvie Lorieux, secrétaire d’Edouard quarante ans auparavant. Le vieux notaire donne alors sa pleine mesure de méchant et le virage romanesque fonce vers le road movie chaotique et peu crédible.

Les déboires de Thérèse et d’Edouard donnent le tourni d’une mauvaise gueule de bois, Thérèse tient mal l’alccol, il faut l’avouer, et le costume de tyran démoniaque et sardonique est un peu trop grand pour le pauvre Edouard, que l’on ne reconnait plus, et que ma foi, j’ai eu peu de regrets de quitter.

Pourtant, d’habitude, j’aime bien les noirs de Pascal Garnier …

Publicités

9 commentaires sur “Les hauts du bas, Pascal Garnier

Ajouter un commentaire

    1. Oui, patatras ! C’est étrange d’ailleurs comme si il avait commencé un roman et qu’il en avait fait un autre ensuite ! ça arrive aux meilleurs …. je me souviens de La femme de trente ans de Balzac, c’est pareil, tu t’installes dans un Balzac bien réaliste, et d’un seul coup tu as un pirate qui arrive et la dame, elle part voguer sur les mers !

      J'aime

    1. C’est un auteur qui vaut la peine d’être découvert. Ses textes sont noirs mais souvent drôles et grinçants. Il a été très prolifique, tu trouveras sûrement un titre qui te plaira. J’en ai lu pas mal avant le blog, du coup, je n’ai plus traces de ces lectures …

      J'aime

  1. ah? pas tout à fait convaincue alors? Comme tu le dis si bien, j’aime détester ses personnages et son univers… je n’ai pas lu celui-là mais je suis tentée malgré tes bémols!

    J'aime

    1. Il faut accepter le virage de l’histoire, pour moi, il a été trop brutal ! Il reste que j’aime quand même beaucoup cet auteur, dont il me reste peu de titres à lire, par contre, il va falloir que je fouille chez les bouquinistes.

      J'aime

    1. Je ne crois pas avoir lu « Le grand loin » … C’est un auteur que je lis depuis longtemps, j’aime bien y revenir de temps en temps, mais il est sûr que la qualité des titres est assez inégale.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :