L’ancre des rêves, Gaëlle Nohant

A vingt minutes de la baie de Saint Jacut, entre Saint Malo et Dinard, dont on voit les lumières, une jeune mère de famille, Enogat, abrite des flots de la Manche ses quatre fils, Benoit, Lunaire, Guinoux et le petit dernier, Samson. Le père ne comprend pas trop mais laisse faire, elle vient d’une famille de taiseux et de secrets. Il ne touche pas à ses choses là, juste attentif à l’équilibre ….

Les nuits des garçons sont des épreuves à traverser. Leurs rêves sont si prégnants qu’ils en polluent leurs nuits et leurs jours. Ils y laissent leur insouciante adolescente et l’angoisse creuse des frontières de rancœurs sourdes et tapies entre eux.

Chaque nuit, chacun est assailli par son rêve, toujours le même. Benoit assiste, impuissant à la noyade d’une petite fille, portée dans la mer par sa mère. Jamais il ne peut les sauver, jamais le corps ne remonte, jamais la mère ne faillit à accomplir le drame. Dans la même chambre, son cadet, Lunaire, se voit monter dans un vaisseau fantôme où un capitaine cruel dicte sa loi à un équipage de morts vivants. Dans la chambre du dessous, les nuits de Grinoux font surgir des chevaux fous. Les voix qui ouvrent les portes envahissent son esprit, de plus en plus vacillant. Pour les trois, le diurne et le nocturne s’enchevêtrent dans le même péril invisible et insaisissable.

Lunaire est celui des trois qui tente de prendre la main sur son rêve, aidé d’un vieux douanier qui a tenu les registres du temps des Cap Horniers, et d’une vieille dame solitaire qui a encore les souvenirs possibles des figures du passé, devenus fantômes.

Le récit est toujours au bord du crédible mais convoque de belles visions et des images poignantes des marins qui allaient flirter avec la mort par misère et qui y prenaient finalement le goût de l’aventure. Un récit qui prend de l’envergure et des risques, il aurait dû me convaincre.

Seulement voilà, parfois la lecture se perd sur des détails bien triviaux ! Il se trouve que la côte nord de la Bretagne, cela fait un bail que j’en sillonne les grèves, alors la longère au fond des bois entre Saint Malo et Dinard, moi, je veux bien, mais des mômes du coin qui n’ont jamais pris un bain de pieds dans la Manche, même avec la mère la plus trouillarde du monde, c’est juste pas possible. Ensuite, donner Lunaire comme prénom dans la baie de Saint Jacut, c’est juste une idée de parisiens en bottes bleues et suroît jaune ( ce qu’un autochtone ne se risquerait jamais à porter, sauf pour se déguiser en touriste). Et enfin, le vaisseau fantôme, même pas peur, j’ai trop vu Peter Pan avec fiston et fifille … A chaque apparition du cruel capitaine je pensais au crocodile, ça gâche !

Mon matérialisme m’a fait passer à côté d’un beau texte, j’en suis fort marrie !

 

Publicités

8 commentaires sur “L’ancre des rêves, Gaëlle Nohant

Ajouter un commentaire

  1. Oh mince ! J’ai tellement aimé ce roman, dont je me suis fait dédicacer mon vieil exemplaire, passé entre tant de mains, il y a peu (j’étais très émue, je n’ai même pas osé dire à Gaëlle Nohant que nous avions même un temps correspondu par mail, à l’époque d’un de ses blogs… ma timidité maladive…)… il ne m’a même pas effleuré que certains de ses éléments n’étaient pas crédibles, j’étais à fond ! Ceci, dit je ne connais pas la côte bretonne aussi bien que toi.

    J'aime

    1. Oui, je sais que tu l’as beaucoup aimé ce titre, et je l’avais noté pour cela d’ailleurs. D’ordinaire, connaître les lieux ne me dérange pas et je suis loin d’être une traditionaliste bretonne. Mais là, je ne sais pas pourquoi, le mélange entre l’atmosphère onirique et le réalisme des situations, j’ai décroché.
      Je comprends que tu n’oses pas parler aux auteurs, il faudrait que tu viennes avec moi à Etonnants Voyageurs, on s’épaulerait ! ( en fait, c’est pas vrai, je cause à tout va dans ce salon !)

      J'aime

  2. J’ai été surprise par le choix des prénoms . Bien connaître un lieu empêche parfois de croire à un roman. Et cet endroit je le connais bien moi aussi.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :