The Main, Trévanian

En un long et magnifique travelling, on descend le boulevard Saint Laurent à Montréal, dans les pas et dans les regards de Claude Lapointe qui l’arpente depuis trente ans. Quelques zooms sur les recoins, les coins sombres d’où pourraient surgir un crime, un vol, une bagarre, les interstices de la nuit qui tombe. Sur The Main, on loge les commerces qui changent de propriétaires sans changer de nom, qui d’une marchandise à l’autre deviennent bazar ou épicerie, les enseignes ne sont pas fiables, tricotées par les hasards. On passe devant les cafés embués d’où sourdent des musiques pour proxénètes italiens, battant les cartes alors que leurs « beaux pétards » turbinent déjà, sous les réverbères. Un vieux juif rentre chez lui à pas lents, par modestie. La foule, peu regardante, se presse en cette fin du jour sur les trottoirs du boulevard hétéroclite, ignorant les robineux, les vaincus, les épaves, le petit peuple de The Main sur lequel veille et règne Lapointe, son quartier, son domaine, son royaume., une zone à part où il punit et protège selon des méthodes pas toujours orthodoxes et sanctifiées par son administration. Ce dont Lapointe n’a cure. Il passe au bureau le moins de temps possible, préférant de loin arpenter les trottoirs où tous le connaissent, et dont il connaît toutes les histoires, les coupe gorges, les arrières salles qui regroupent les communautés et leurs spécialités louches ou criminelles.

Veuf, taiseux, solitaire, bienveillant, comme peut l’être un pater familias qui n’a rien de débonnaire, la carrure imposante, même si un frémissement dans la poitrine lui rappelle régulièrement son statut de mortel, Lapointe est à sa juste place.

Deux fois par semaine, il rejoint ses partenaires de pinocle dans une des arrières boutiques du boulevard : une entreprise de draperie artisanale que tient Mosche et son associé, David. Le premier est un rescapé des camps, philosophe inlassable, constamment interrompu dans ses dissertations par David, fort en gueule, mauvais joueur, bourreau de jeu de son partenaire, le père Martin, idéaliste de la foi qui s’est replié là. Lapointe, en spectateur, y trouve son compte avant de retourner vers son appartement, figé dans le souvenir.

The Main grouille de trafics et de crimes en tous genres, mais un de plus, un peu plus étrange, constitue le fil de l’intrigue, et sa lente déambulation, un peu malmenée par Guttman, un bleu, qui est attribué à Lapointe, une « tête carrée » qui n’a pas l’habitude du sale boulot et à qui les méthodes anachroniques du vieil inspecteur vont chatouiller la vocation. Il y a lui, et une jeune fille, genre chat de gouttière, Marie Louise, qui s’introduit dans le domaine de l’inspecteur. Car si Lapointe contrôle The Main, il n’est rien sans son quartier, ses trottoirs et ses enfants perdus. C’est sa seule faille, sa seule vie.

Roman magistralement cinématographique, le texte déploie le monde de The Main, le boulevard est le personnage principal de l’intrigue,  melting pot suranné à lui tout seul, elle s’enroule autour de son histoire, de ses immigrations, de ses géographies variables, de ses humbles, de ses commerces d’une autre époque, bientôt révolue, ce qui donne au roman une densité humaniste, sinueuse, lente, à la limite du genre polar, polar urbain, plus urbain que polar, à la lumière des néons qui clignotent encore.

7 commentaires sur “The Main, Trévanian

Ajouter un commentaire

    1. Je l’ai découvert il y a peu de temps, avec Twenty Mille, qui m’a bluffée, avec une histoire et un cadre très différent. J’ai vraiment hâte de découvrir ses autres titres.

      J’aime

    1. J’ai hâte de voir ce que penseras de Twenty-Mille, un coup de coeur arrivé par surprise pour moi. Et ce titre est aussi passionnant, même si l’intrigue policière n’est qu’un prétexte, Le roman est riche de ses personnages, dans The Main, les rencontres sont atypiques …

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :