La nuit des lucioles, Julia Glass

Le roman raconte le parcours d’une famille qui se recompose, s’agrandit, s’enrichit, une histoire de filiations mouvantes, un itinéraire initiatique pour adultes qui bifurquent, changent de voie, ou la trouve, plus tard qu’ils ne l’auraient voulu, mais ils font avec.

Tout commence dans un lieu d’exception pour musiciens talentueux, un lieu hors du temps et hors du monde où des adolescents ont été sélectionnés, pour le temps d’un été, pour exercer leurs talents de virtuoses. Les soirées sont douces et Malachy se laisse charmer par l’amour de Daphné. Puis, l’harmonie s’évapore dans un passé lointain.

Le récit retisse les liens peu à peu, autour du personnage de Kit, la quarantaine, deux enfants, professeur d’histoire des arts au chômage et dépressif. Sa femme, Sandra exaspérée par cet immobilisme envahissant, l’envoie à la recherche de l’identité de son père, connaissance  que sa mère de Kit a toujours tenue pour négligeable. Mais Sandra, elle, est persuadée que mettre un nom inconnu sur un visage inconnu est la clef de l’équilibre perdu de son homme. Lui, à vrai dire, n’en sait rien.

Kit est un homme flottant, il se laisse porter par les décisions des autres, ou du hasard. c’est ainsi qu’il a perdu son poste d’enseignant, pour ne pas avoir terminé à temps une publication sur sa spécialité, l’art inuit. Ou alors pour autre chose, il y a entre lui et les autres comme un filtre. C’est d’ailleurs sans grande conviction qu’il prend la route pour retrouver celui qui fut pour lui le plus proche de ce que l’on pourrait appeler un père, Jasper, et les souvenirs de son adolescence auprès de lui, et de Rory et Kale, ses deux fils. Jasper, c’est randonnées et chiens de traineau, c’est la solitude enneigée dans une maison bâtie de ses mains, et qui prend, elle aussi, de l’âge. L’arrivée de Kit est l’occasion de commencer à colmater les brèches.

Rustique, de guingois, chaleureuse, pleine de courants d’air et de souvenirs, la structure bancale du chalet est à l’image du cheminement de Kit qui intègre au fur et à mesure des rencontres, la remontée vers le père inconnu. L’horizon s’élargit, dans un puzzle de tendresses taiseuses ou chuchotées, lors de moments où l’on joue au scrabble, où l’on prépare du poulet au poivron, où l’on s’attarde avec des snobs new yorkais autour d’une bisque de homard et son coulis de coriandre. Les secrets de famille se déverrouillent, même si il est parfois trop tard, ils prennent des allures de bonnes surprises, à déguster.

21 commentaires sur “La nuit des lucioles, Julia Glass

Ajouter un commentaire

    1. D’aller en librairie ou en bibliothèque ? j’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce roman, qui s’étire en des lieux paisibles et vastes … Avec des personnages atypiques et pourtant proches. Je ne sais pas comment dire que cet équilibre qui est particulier à cette auteure.

      Aimé par 1 personne

  1. Tu avais lu « Jours de juin » ou apparaissent une partie des mêmes personnages ? J’ai beaucoup aimé ces deux romans, tout comme les autres livres de Julia Glass.

    J'aime

    1. J’ai lu et beaucoup apprécié Jours de juin, tout autant que celui-ci, tout pareil. C’est agréable de retrouver les personnages que l’on avait perdu de vue à la fin du premier roman. Même si Nuit des lucioles peut se lire sans les connaître. Mais moi, ça m’a rajouté un côté « cocoon », type, ah, tiens, les revoilà … comme on retrouve des connaissances un peu floues mais avec de jolis souvenirs.

      J'aime

    1. C’est d’ailleurs suite à ta note sur ce titre que j’ai appris qu’on pouvait un peu les retrouver dans La nuit des lucioles … Merci du conseil, ce fut un vrai plaisir pour moi aussi !

      J'aime

    1. Je découvre tout doucement (seulement deux titres pour l’instant) mais je compte bien retrouver régulièrement cet univers. Je vais aller voir chez toi si tu as un titre préféré.

      J'aime

    1. En fait, il y a surtout une scène d’un repas de famille qui est assez drôle … Le roman est plutôt subtil dans l’ensemble, alors pas de roulements de cymbales pour les secrets de famille, ça change de certains scénarios agités.

      Aimé par 1 personne

    1. Tous les avis se recoupent, en effet ! Je te conseille de commencer par Jours de juin, qui a une belle atmosphère, et puis après, on est content de redécouvrir certains personnages dans celui-ci.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :