Les mystères d’Avebury, R. Godard

Alors, les premiers chapitres, ça va, après, le fil s’embrouille petit à petit jusqu’à ce que la pelote parte en quenouille.

Avebury, un village anglais, un pub anglais, le long d’une route anglaise, en face d’un henge qui n’a pas encore livré tous ses mystères en bon vieux henge qui se respecte. Sur la terrasse du pub, un jeune étudiant attend un mystérieux Griffin. Umber est un spécialiste de Junius et de ses mystérieuses lettres, qui pendant trois ans, au XVIIIème siècle, ont secoué le gouvernement anglais, au point que le premier ministre en a vu son poste trembler. Junius, pamphlétaire anonyme, l’est resté depuis trois siècles. Et voilà que surgit un exemplaire jusqu’alors inconnu. Aucun rapport avec le henge, ni avec le pub, ni la route que contemple toujours Umber. le drame surgit à contre emploi, trois enfants pénètrent dans l’enclos du monument millénaire, leur baby sitter en tête, quelques secondes plus tard, une des petites filles est enlevée, l’autre tuée par le van qui emmenait la première. La scène se fige en tournant irrémédiable pour toujours et emporte les témoins en regrets éternels.

Prague, vingt ans plus tard, Umber, resté tétanisé par Avebury, joue au guide touriste. Certes, homme a été déclaré coupable du meurtre et de l’enlèvement, mais la famille des enfants a explosé en miettes. La baby sitter, Sally, qu’Umber avait épousé, et quitté, s’est suicidée mais l’affaire est normalement close même si c’est de guinguois. Sharp, l’inspecteur qui a mené l’enquête et maintenant à la retraite, a décidé de remuer les mystères et retrouve Umber,  son principal témoin pour l’entrainer dans une nouvelle recherche et c’est alors qu’on pédale, entre Junius, le manuscrit perdu, des lettres anonymes, des meurtres annexe, des fausses pistes qui jouent à saute mouton entre romans d’espionnage, énigmes littéraires, mafieux en col blanc, détective véreux, cold case, des virages à la Sherlock Holmes … bref, il n’y a plus que le pluriel du titre qui reste limpide.

Une participation au challenge A year in England

Et une autre au challenge petit bac, catégorie lieux

Petit Bac 2021

8 commentaires sur “Les mystères d’Avebury, R. Godard

Ajouter un commentaire

    1. Au début, c’est assez drôle, mais j’ai quand même perdu le fil assez rapidement. Il y a trop de pistes qui ne mène pas à grand chose. le mélange des registres n’aide pas non plus.

      J'aime

  1. Tu es bien lancée dans cette année anglaise, dis donc… je n’ai personnellement pas assez de matière sur mes étagères, je me contenterai de quelques lectures en juin, mais je suis attentivement les participations, histoire de combler les lacunes. Celui-là, par contre, je passe !

    J'aime

    1. J’aime beaucoup la littérature anglaise, alors, j’ai toujours quelques titres sur mes étagères. Je suis en train de lire des romans d’un peu partout, mais le mois de juin sera de nouveau anglais !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :