Le bal des folles, Victoria Mas

Capture_decran_2019-10-24_a_16.24.40 (1)La famille d’Eugénie, les Cléry, est d’une bourgeoisie respectable, munie des valeurs attendues, la morale, la pudeur, le mariage, l’héritage, la réputation, la conformité au schéma patriarcal en vigueur au XIX ème siècle, dans les beaux quartiers de la capitale. Moulures au plafond, l’appartement ne tinte aux heures des repas que des bruits des couverts et des craquements des pieds de chaises. Seul le père donne de la voix et le ton est ferme pour asséner les interdits sur sa fille rebelle de 19 ans. La sonorité ne s’adoucit que pour le grand frère, Théophile, destiné à devenir notaire à son tour et qui acquiesce à cet avenir conventionnel et rassurant. La mère, on ne l’entend pas. La grand mère est la seule à être attentive aux tentatives d’Eugénie d’exister, quelques pointes d’une insolence très feutrée quand même … La jeune fille est curieuse et attentive aux voix discordantes, prête à les suivre, quitte à ce que ce soit celles de l’au delà …

Le secret de ses visions lui pèse, elle en cherche le sésame dans un sulfureux texte, Le livre des esprits. Une lecture, une expérience ésotérique et une trahison plus tard, qui lui valent un internement de force à la Salpêtrière, l’hôpital des hystériques. Les travaux de Charcot, les mises en scène théâtrales, leur succès, servent d’arrière plan à la problématique de la condition féminine du XIXème siècle.

Mais que le tableau est réducteur ! Toutes les femmes qu’Eugénie côtoie dans cet espace répressif sont des figures littéraires formatées : la putain au grand cœur, meurtrière par amour, Louise la jeune fille abusée qui rêve d’un mariage avec un soignant dont on voit les crocs à la première ligne … Sans parler de l’infirmière en chef, Geneviève, vieille fille revêche habitée par le fantôme de sa sœur, aussi lisse qu’une chemise de nuit en flanelle. Franchement, la réalité méritait un tableau moins caricatural de ces « femmes victimes de la société » … L’injustice et la violence qui leur est faite, dans une atmosphère malsaine qui devait grouiller de cris, de plaintes, de colère et de désespoir, sont dites ici en des lignes bien alignées … Et j’ai beau être assez peu rationaliste, donner à défendre la cause des internées par abus d’autorité et déviances sociales, à un personnage qui voit et entend des morts, ça me semble tordu quand même …

20 commentaires sur “Le bal des folles, Victoria Mas

Ajouter un commentaire

    1. J’avais dû louper l’article de Sandrine, je viens d’aller le lire, tout y est dit effectivement : convenu et superficiel … Et du coup, on ne peut que regretter que la tête de lecture ne publie plus beaucoup.
      Rien à voir, mais Andrew est prêt pour le 16 …

      J'aime

      1. Oui, j’imagine qu’elle est bien occupée ! J’avais noté le 15 pour Andrew mais à vrai dire cela m’arrange de décaler un peu, ma note est encore à l’état de brouillon, donc va pour le 16 !

        J'aime

      1. Tout à fait d’accord et puis les sujets d’actualité (je ne dis pas qu’il ne faut pas en parler mais trop c’est trop) utilisés comme arguments de romans j’en ai une saoulée….. 🙂

        J'aime

      2. Pour en rajouter … le féminisme est pensé dans ce roman comme celui de notre époque, plaqué sur des personnages qui ne pouvaient penser la liberté qu’à travers le prisme de leur éducation et de leur classe sociale. L’insolence d’Eugénie face à son père est celle d’une adolescente actuelle, (une adolescente actuelle très réservée) pas du tout crédible …

        Aimé par 1 personne

    1. Sandrine en avait parlé, je plussoie. Et si j’avais lu son article, je me serais abstenue aussi, une raison de plus pour souhaiter qu’elle reprenne la plume du blog …

      J'aime

  1. Je suis tellement d’accord avec toi, le destin tragique de ces femme aurait mérité un bien meilleur roman. Trop de caricature dans celui-ci.

    J'aime

    1. En lisant ton article, je vois que l’on a buté sur la même incohérence, le choix d’un personnage spirite pour représenter la révolte féministe ! En plus de tous les autres traitements faciles et caricaturaux des personnages et des descriptions …

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :