Vincent qu’on assassine, Marianne Jaeglé

téléchargementL’auteure, comme le titre l’indique, part d’une hypothèse, Van Gogh a été assassiné. Dans le champ près d’Anvers sur Oise, en juillet 1890, il n’a pas retourné une arme contre lui, il n’a pas vraiment voulu mourir, il a laissé faire la bêtise d’un jeune fils de bonne famille, qui ne voyait en lui qu’un raté, un pauvre fou. Vincent a laissé faire, il n’est plus qu’un homme qui se noie depuis que son rêve de fraternité picturale a été mis à terre par un Gauguin hautain et méprisant. 

C’est ce parcours intime que retrace le récit, on nous invite à comprendre, à ressentir, le parcours du peintre, de Arles à Anvers. Les étapes sont connues, mais certaines sont mises en valeur, comme la longue attente d’un Gauguin qui se défile alors que Van Gogh vibre d’un fiévreux espoir, d’une fébrile hospitalité dans la maison jaune. cette attente et cet espoir qui se fissurent sur les bords du Rhône et se fracassent lors d’une nuit de crise. Puis l’abattement, poignant, et les rejets, l’impuissance et l’incompréhension.

Même si on n’apprend rien de vraiment nouveau, ce titre est prenant car l’auteure réussit à nous faire voir le monde tel que le peintre le fixait, une ode à la beauté et à la générosité qu’il lui fallait jeter sur la toile, en une urgence absolue de peindre. Elle réussit aussi à nous le faire voir tel que le regardait les gamins de Arles, qui l’insultaient, les habitants de son quartier qui, dans une pétition, demanderont son départ. Un Vincent parlant à sa toile, gesticulant, enfermé dans sa vision le temps de la peindre. Jamais satisfait, écrasé par ses culpabilités, monologuant de longues heures, exaspérant Gauguin, s’exaspérant lui même. Vincent a intégré le mépris qu’on a de lui, même si il ne le comprend pas et lutte encore, puis se laisse submerger par ses dettes envers son frère, Théo, l’alter égo, le soutien sans faille dont ni le mariage ni la récente paternité n’altèrent la générosité. 

Vincent s’égare dans une admiration éperdue pour le syncrétisme, la modernité selon Gauguin, une soif de reconnaissance l’étreint sans cesse, et revient à sa matière première, la lumière, la métamorphose de l’ordinaire, la lutte avec le pinceau, jamais assez rapide, jamais assez juste. Mais un peintre aussi englouti par le mépris, jaillissant de toutes parts, et parfois même de son imagination paranoïaque … 

Un bon moment de lecture qui m’a conduite aussi à observer plus attentivement certains tableaux, tellement vus qu’on ne les regarde plus vraiment. 

Une participation au challenge petit bac, catégorie prénom 

Petit Bac 2021 

8 commentaires sur “Vincent qu’on assassine, Marianne Jaeglé

Ajouter un commentaire

  1. j’aime énormément Van Gogh alors je le note illico!
    « la nuit étoilée » est splendide et j’aime énormément l’église d’Anvers-sur-Oise telle qu’il la voyait, torturée comme il l’était intérieurement 🙂
    quel artiste 🙂
    j’ai bien aimé le livre d’Alain Yvars un ami babeliote sur le séjour à Anvers « Que les blés sont beaux »

    J'aime

    1. J’ai hâte de les revoir en vrai, lors d’un prochain séjour à Paris, même si le musée d’Orsay ne possède que quelques tableaux … Je ne connais pas le titre d’Alain Yvars, je le note pour plus tard. Mais quand même, j’aimerais bien lire quelque chose sur le début de son parcours, sa famille aussi, pas juste que Théo.

      J'aime

    1. L’hypothèse de l’assassinat n’est que le point de départ qui permet d’axer le roman sur la perception que l’extérieur avait de Vincent Van Gogh et l’opposition avec son « intérieur », c’est pas mal fait.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :