L’attaque du Calcutta-Darjeeling, Abir Mukherjee

Dakshineswar_Kali_temple,_Calcutta_by_Francis_FrithLa réussite de ce polar est dans la restitution de la situation coloniale en Inde, ou plutôt à Calcutta, pendant l’entre deux guerres, au moment où commencent les mouvements de résistance au colonialisme britannique et où l’alternative pacifique oscille avec les actes terroristes.

Le personnage principal, l’enquêteur Sam Wyncham débarque dans l’Empire et cette technique de l’oeil neuf permet de mettre en relief les mécanismes complexes de la coopération des Indiens à leur propre asservissement, et les subtilités des colonisateurs pour maintenir un statut quo irrespirable. Leur différentes positions sont incarnées par les personnages. Ainsi, le sergent Barnejee, policier indigène, sous les ordres de Sam Wyncham, qui lui explique qu’il s’est engagé auprès des services britanniques pour acquérir leurs compétences et exercer à leur départ, une forme de droit légitime. L’ambivalence de l’enquêteur face à la légitimité de l’occupation coloniale permet d’en révéler les facettes, les officielles et les plus perverses. Il constate le mépris que les anglais ont pour les Bengalis, leur condescendance, leur arrogance, leur ridicule dans la chaleur écrasante qui marque les aisselles de larges auréoles de sueur. Il se moque, avec une ironie distanciée des marques politiques que l’empire utilise dans l’architecture  imposante et inadaptée qui s’étale dans la capitale : l’inspiration impériale est à côté de la plaque. A Calcutta, s’étalent les frontons, les statues vêtues de toges, les inscriptions en latin. Et pourtant, ce sont les temples de Kali sont relégués au rang de monstruosités …

L’inspecteur logeant dans une modeste pension, les propriétaires et les locataires sont aussi l’occasion de montrer la petitesse de vue des colons ordinaires, qui ignorent le pays dont ils tirent pourtant leur fierté de colonisateurs négociants, reproduisant à l’aide de tapis refourgués par les indigènes, un intérieur anglais hors de propos.

Grands ou petits, tous craignent les violences des actes et des discours des indigènes qui montent autour d’eux, sans vouloir voir, ou comprendre que la résistance n’est qu’une inévitable conséquence  de leur présence. Et le responsable du massacre d’Amritsar est célébré comme un héros …

Il y a une enquête, évidemment, car il y a eu meurtre sur la personne d’un haut responsable des magouilles coloniales, il y a un suspect désigné et un jeu de dupes qui permet de comprendre les rouages de l’oppression, sa face lisse, qui justifie l’autre, plus sombre, plus brutale et vicieuse, de la réalité de la domination. L’empire ne s’effrite pas encore, les pieds d’argile sont cependant rongés, l’inspecteur, ne prend pas encore position clairement, et teste les limites de la justice et les règles du jeu colonial.

13 commentaires sur “L’attaque du Calcutta-Darjeeling, Abir Mukherjee

Ajouter un commentaire

    1. Je sais que je l’ai repéré sur un ou deux blogs que je suis régulièrement. Et si c’est un polar assez classique pour le fil de l’enquête, il est riche d’éléments sur la construction coloniale, et brasse plusieurs points de vue, ce qui permet une immersion plutôt réussie.

      J’aime

  1. Il est dans ma PAL ! Entre temps, j’ai lu les enquêtes de Perveen Mistry, une avocate parsi dans l’Inde des années 1920 (une série écrite par Sujata Massey). C’était pas mal mais sans plus, j’espère que je serai plus captivée avec cette série-ci !

    J’aime

    1. Pas mal, mais sans plus … Je ne me laisserai donc pas tenter par les aventures de Perveen Mistry ! Nom qui me rappelle celui de l’auteur d’un roman indien extraordinaire, L’équilibre du monde … Je te le recommande si tu ne l’as pas lu.

      Aimé par 1 personne

  2. Rebonsoir Athalie, si tu as aimé ce premier, je te conseille de lire le second, Les princes de Sambalpur que j’ai presque préféré. J’attends le troisième avec impatience. Bonne soirée et bonne fête de fin d’année.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :