Un jour ce sera vide, Hugo Lidenberg

meduses-vignetteSur une plage normande d’une station balnéaire, n enfant de dix ans joue avec une méduse. Il l’ausculte avec un bâton, curieux de cette gélatine qui le tire, pour un moment, de son ennui … Un garçon de son âge s’approche et suggère de jouer à la tuer, pour voir. Pour le narrateur, c’est le coup de foudre radical. Baptiste est tout ce qu’il n’est pas, il est solaire, saute dans les vagues, heureux, dans le moment des vacances. Et surtout, il a une famille, une famille normale aux yeux du narrateur : la mère lit sur la plage, la petite soeur fait des pâtés, le père ferme le triangle, fascinant et lumineux d’une famille qui se tartine de crème solaire.

Le narrateur, lui est un enfant solitaire, englué dans ses fantasmes, replié dans l’appartement vue sur mer qu’il partage avec sa grand-mère, une femme mutique dont le maillot de bain une pièce fait honte, comme le pliant et le parasol à fleurs, comme les robes et le corps informe, incongrue dans le paysage idéal dont rêve le jeune garçon. Pourtant, dans le secret de l’appartement, il l’aime, cette vieille femme aux mains déformées, aux seins vides et pendants.  Il aime sa tendresse qui se déverse sur lui au moment du bain, de l’eau chaude et du shampoing. Dans l’appartement, se terre un autre personnage, l’objet de son dégoût, sa tante, qui fume sans arrêt dans sa chambre en écoutant la radio, ou des chansons de Mike Brant. Elle a des crises hystériques, un corps difforme, brûlé … Son placard recèle des photos d’un autre temps, que l’enfant ne connait pas mais dont il sait que les vérités sont cachées. Sa mère disparue, son père distant, et lui, l’enfant qui écarte ses secrets, gélatineux comme les corps des méduses qui le hantent parfois.

Dans cette noirceur, l’amitié pour Baptiste occupe toute la place, l’enfant se glisse en cet autre, adopte ses gestes, ses rêves, et même sa posture de sage enfant catholique, se surveillant sans cesse pour être l’ami conforme à ce qu’il pense être attendu de lui. Le malaise est prégnant, tout en clairs-obsurs ; les clairs de la plage, des baignades, les soirées volées dans la famille parfaite dont il idéalise chaque rituel … On devine que la confusion des sentiments est à sens unique, que le poids du silence et la légèreté de l’enfance ne peuvent que faire exploser le miroir. Mais le roman reste finalement assez énigmatique, tous les secrets ne sont pas levés, le monstre est intime et mouvant …

15 commentaires sur “Un jour ce sera vide, Hugo Lidenberg

Ajouter un commentaire

    1. Ben, pas vraiment en fait, plutôt angoissante parce que l’attachement du jeune narrateur à Baptiste et à sa famille est tellement fantasmée qu’on ne peut que se demander quand arrivera l’explosion …

      J’aime

    1. C’est parfois effectivement le cas lorsque le narrateur est un enfant et moi aussi, parfois j’hésite à lire un roman qui adopte ce point de vue. Mais dans ce récit, la voix résonne juste.
      J’espère que tu ne seras pas déçue par ton achat …. Loin de la plongée dans la littérature passée du Québec !

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai terminé Dernier requiem pour les innocents il y a quelques jours… Tu as été de bon conseil, miss! J’en parlerai bientôt, dès que mon blog aura finit de faire le rebelle!

        J’aime

      2. Je suis contente que ce dernier requiem face l’objet d’une de tes notes, que je lirai avec attention, évidemment … Ton blog fait des siennes ? Il a pourtant belle allure …

        J’aime

  1. encore un billet qui me tente mais pas au point de noter ce roman car je n’arriverai certainement à tout lire ce que je note. Et puis j’aime les fins bien classiques où on comprend tout au moins dans les romans dans la vie c’est un peu plus compliquée …

    J’aime

    1. Moi non plus, je n’arriverai jamais à lire tous les titres notés, en plus, dès fois, les nouveaux arrivés passent avant les premiers … On est beaucoup dans ce cas là !
      Les fins bien classiques, c’est rassurant, au moins, on est moins bousculés que dans la vraie vie, qui change tout le temps d’idées … Surtout depuis quelques temps ^-^

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :