Qaanaad, Mo Malo

93a8cac9bf383afecc3767184db3672f--inuit-art-aarhus (2)Il y a du rififi au royaume des icebergs et des ours polaires. ça saigne, ça mutile, ça déchire en morceaux … Le Danemark envoie l’inspecteur Qaanaad en renfort de l’équipe de Nuuk, la capitale de la région glaciaire, les policiers locaux semblant adeptes de l’amateurisme débonnaire et complétement dépassés par les indices contradictoires. Qaanaad est loin d’être le bienvenu, malgré son prénom du cru, dont il découvre d’ailleurs la véritable prononciation,  car il est inuit, sans avoir jamais remis les pieds sur un iceberg du coin depuis son adoption par un couple danois à l’âge de trois ans. Sa mère, Sonia, fut une enquêtrice de haut vol, et son père, un auteur très connu de romans policiers. Ces trois éléments ne lui sont d’ailleurs d’aucun secours (sa mère qu’il consulte de temps en temps au téléphone ne comprend pas plus que lui la situation)  tant il est noyé dans le flou de l’enquête et du contexte politique qui est en effervescence à quelques jours d’un référendum concernant la possible indépendance du pays.

Cinq ouvriers ont été déchiquetés par un ours polaire au motus opérandi obscur, capable d’ouvrir des portes avant de fondre sur ses proies et de manger leur foie, tout en laissant derrière lui des tupilaks, c’est-à-dire des petites statues rituelles, genre anges de la mort. Dans la tradition inuit, elles sont chargées d’attirer le malheur. Les victimes seraient donc des coupables, et l’ours un redresseur de torts de la culture inuit malmenée. Il faut dire que ces ouvriers sont ceux de la plateforme pétrolière qui est en train de pomper les ressources naturelles de la région sans trop de scrupules mais avec pas mal de magouilles politiciennes …

Flanqué d’un inspecteur local, Appatiku, aussi peu efficace que fort sympathique, l’inspecteur, peu inspiré patauge, et le lecteur avec …. Les pièces du puzzle sont incohérentes, les personnages secondaires pullulent sans raison d’être, les conflits politiques sont noyés dans l’opacité des fausses pistes, qui se croisent avec tout un fatras folkloriste, chaman, quête des origines, ragout de phoques, l’inévitable poursuite en traineau dans l’immensité du grand désert blanc, l’impuissance des icebergs qui fondent, et les méchants indépendantistes qui font du tort aux gentils. Enfin, je crois … Pour finir, le tableau misérabiliste de la situation des habitants qui s’accrochent encore aux lambeaux des illusions de la modernisation, et l’autre, pas mieux, de l’érosion d’une culture authentique face à l’invasion des tupilaks en plastique made in China, a fini par me foutre un cafard crasse.

Challenge petit bac, première ligne, catégorie lieu

Petit bac 2022

21 commentaires sur “Qaanaad, Mo Malo

Ajouter un commentaire

  1. Le cafard, je le ressens assez comme ça dans mon quotidien, je vais donc laisser passer ce livre où le cafard s’accompagne de froid et d’ours trop mal léché

    J’aime

    1. L’ours est très mal léché, c’est certain. Du coup, moi aussi, c’est contagieux ! Tu peux passer sans problème, d’autres lectures plus solaires nous attendent toujours … D’ailleurs en février, il y a le challenge Amérique du sud chez Ingannmic, tu as vu ?

      J’aime

  2. Je me souviens de cette lecture, choisie lors d’une période de canicule ;-). Lu rapidement, je n’ai pas poursuivi la série. En revanche, j’en profite pour te dire que j’ai lu avec grand plaisir ta chronique sur La Géante, un coup de coeur.

    J’aime

    1. Je ne poursuivrais pas non plus cette série, évidemment, pas la peine … Et merci pour ton commentaire sur La géante, deux lectures en sens inverse : un livre qui m’a plu par surprise, et l’autre qui m’a très déçue alors que j’étais super motivée pour partir dans une enquête dans le grand nord.

      J’aime

    1. Ce n’est pas souvent qu’un livre me fiche le cafard, en général, je suis quand même contente d’avoir terminé un livre qui ne m’a pas plu, et donc de pouvoir passer à un autre. Mais là, j’ai eu un flottement, après …

      J’aime

    1. Je pense que pour découvrir le Grand Nord il y a mieux en littérature ! J’ai beaucoup entendu parler d’Imaqad, une sorte de journal de voyage d’un instituteur danois au XIX ème siècle. Je compte bien retenter une autre aventure ..

      Aimé par 1 personne

  3. J’allais marquer que Mo Malo fait partie des auteurs de polars nordiques que je n’ai aps encore lus, mais vu ton dernier paragraphe, je ne suis pas sûre de me lancer dans cette lecture…

    J’aime

    1. D’après ce que j’en sais, Mo Malo est bel et bien un auteur français … Le travail de documentation est d’ailleurs sûrement conséquent, mais il n’empêche que je l’ai trouvé mal ficelé ce roman.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :