Mahmoud ou la montée des eaux, Antoine Wauters

15811113Un vieil homme plonge avec palmes et tuba dans un lac artificiel, un lac immense, démesuré, créé par la folie des grandeurs d’un tyran, le lac El-Assad ( le père, le fils était encore second en rang d’accession à la succession, inoffensif étudiant en prothèses dentaires à Londres …). De 50 kilomètres de long, il a englouti la vallée, entrainé le déplacement de 11 000 familles. L’eau du dictateur a fait disparaître une partie de l’histoire millénaire de son pays, et les lieux d’enfance de Mahmoud, le jardin, l’odeur des figuiers et du four à pain, le chant de son père qui aimait Verdi, et celui de sa mère quand elle pliait le linge.

Quand le narrateur ne plonge pas, il contemple les eaux et énumère ses pertes en un monologue adressé parfois à sa femme, Sarah, qui aimait les poètes russes, ombre caressée, mère de ses enfants, Leïla, à jamais perdue, puis Salim, Nazifé, Brahim, sans doute pris dans la guerre, celle qui se réveille la nuit et qu’il entend de son cabanon. Les avions passent au-dessus des champs de pastèques, se dirigent vers le barrage, ex-symbole de la modernité voulue par le parti Baas syrien et aujourd’hui, miné par Daech. Le barrage fait naître un autre théâtre d’ombres, les soldats rodent, des enfants meurent, des têtes sont coupées.

Mahmoud, lui, retourne dans l’eau, dans la mémoire des choses perdues : il plonge vers le minaret de la mosquée engloutie, autour de laquelle tournent les poissons et les algues.  De la civilisation qui a vu naître l’écriture, a bâti les premières villes, de l’Euphrate des guerriers et des épopées, se dresse au dessus des eaux un unique vestige du croissant fertile, Qal’at Ja’bar.

On apprend le passé du viel homme par allusions, bribes et fragments. Il fut enseignant, il a cru en la révolution de la modernité voulue par le président, « Force, travail, prospérité » pour le peuple syrien libéré de la main mise européenne. Puis poète officiel, il fut contraint aux louanges avant de payer le prix d’une prise de parole dissidente.

L’écriture est poignante, une prose poétique dont les ressacs nostalgiques entrainent le retour à la ligne : « les mots comme des filets à papillons

pour nos causes perdues. »

Son soliloque entrelace les  souvenirs flottants et les méandres de l’histoire qui l’ont laissé avec plus de questions que de réponses. Mahmoud n’est pas un sage. Sa parole est tissée d’émotions, comme le barrage, il les retient et puis elles finissent par déborder, flot d’images elliptiques, de sensations, fraîches ou ardentes.

Un texte magique.

24 commentaires sur “Mahmoud ou la montée des eaux, Antoine Wauters

Ajouter un commentaire

    1. Franchement, j’étais persuadée que le truc « prose poétique », monologue d’un vieil homme mourant qui plonge dans un lac artificiel … ce n’était pas, mais alors pas du tout mon truc ! Mais j’ai été immergée. Ce monologue est aussi plein d’écho de l’histoire de cette région du monde, c’est un texte assez politique, en fait.

      Aimé par 1 personne

    1. J’avais survolé ta note, vu que je venais de terminer la lecture de ce titre et que je n’avais pas encore rédigé la mienne. Je te rejoins en tout point et tu insistes plus que moi sur la dimension historique de ce texte, et tu as bien raison.

      J’aime

    1. Je me souviens de ta note sur Le musée des contradictions ! Un billet enthousiaste qui m’avait donné envie de découvrir l’écriture et ses thématiques. Voilà qui est fait, et je compte bien continuer maintenant. Ce n’est pas le même titre mais je suis aussi conquise que toi.

      Aimé par 1 personne

    1. Ha ben, là … le mois belge, c’est en avril, non ? Quelle projection dans tes lectures ! Je ne pense pas résister aussi longtemps à la lecture d’un autre titre de cet auteur. Mais bon, sans le faire exprès, un titre en suivant un autre … En tout cas, c’est un titre à lire absolument, quelque soit le mois.

      J’aime

  1. Quel beau billet ! Comme toi (je vois ton commentaire ci-dessus), je ne le sentais pas trop pour moi, ce roman, mais ce que tu en dis peut m’inciter à tenter l’incursion 🧜🏻‍♀️ …

    J’aime

    1. Un avis positif d’une amie a déclenché une véritable chaîne de lecture, les avis enthousiastes se succédant, j’ai fini par me dire que la prose poétique finalement, ce n’étant pas si grave que ça … Mais je ne sais pas si on peut vraiment qualifier cette écriture de poétique, en fait. Je ne trouve pas vraiment d’équivalent dans ce que je connais.

      Aimé par 1 personne

    1. Voilà, tu résumes ce que je tente de saisir, la portée politique du texte est bien plus forte que l’aspect poétique. Ou du moins, les images et les sensations convoquées font que la poétique devient politique.
      Bon, ce n’est pas très clair, mais le texte est beau. Voilà.

      J’aime

    1. Ne tourne plus, fonce à la bibliothèque ! En plus, il est très vite lu, tu pourras te faire un avis rapidement. Et quelque chose me dit qu’il sera positif, un certain tempo musical …

      J’aime

  2. Je ne peux qu’être complètement en accord avec ton commentaire ! Il est vrai qu’en plus d’être touchante, l’intimité du personnage nous fait ressentir les ravages de la dictature syrienne.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :