Gros oeuvre, Joy Sorman

Castor-bebe-300x200Ce texte est constitué de quinze récits autour du théme de l’habitation, évoquant des expériences véridiques ou imaginaires, individuelles ou collectives, étranges, décalées. L’autrice interpelle de temps en temps le Jean Jacques, celui qui conspuait la propriété. Elle invite à investir les friches urbaines, à s’y installer dans des modules jetables, préfabriqués, vante le nomadisme des résidences mobiles, éphémères ou isothermes, isolées et en marge des habitudes sédentaires. La concept de maison, de résidence, d’installations pérennes est voué aux oubliettes.

Peu d’individualités dans ces récits, quelques personnages s’accrochent à des espaces contraints : Sam qui a construit sa maison pour abriter une famille qu’il n’a pas eu le temps de se constituer, pris par la construction en dur et définitive d’un espace finalement vide. Akira, coincé dans une des 140 cellules d’une tour en plein Tokyo, purement utilitariste et fonctionnelle, un espace où rien d’imprévisible ne peut arriver. La fenêtre est hermétiquement close, empêchant tout suicide. Un artiste transforme sa maison en oeuvre d’art, la rend inhabitable, la rase, et en revend les morceaux … On passe des chancelantes cabanes de Calais à la masse sans fioriture du siège du parti communiste, conçu par l’architecte Niemeyyer comme le panthéon du béton.

La démarche est descriptive, peu d’analyses, de perspectives prospectives ce qui fait que l’énumération en reste au stade du catalogue. On tourne les pages sans grande visibilité. Cependant, cette lecture m’a permis de découvrir deux démarches artistiques, dont celle de Grisélis Réal, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec l’architecture. Elle était peintre, prostituée militante et l’autrice lui rend hommage en la transposant dans un van luxueux qui fait le tour du lac Léman avec des accents de flonflons tziganes. Cette figure haute en couleur tranche avec la veine documentaire des autres textes et a réveillé mon intérêt flageolant. De même, le dernier texte présente un collectif d’architectes, Exyt et une de leur expérience menée 2004 à Roubaix. Il s’agissait de construire une « utopie éphémère » et regroupant 450 étudiants de nationalités multiples sur un terrain de 4500 mètres carrés pour cinq semaines. La construction des habitations fut constituée de plancher et de tubulaires d’échafaudages de chantier mais là aussi le récit de cette aventure est frustrant car mis à part quelques notations sur l’atmosphère érotique du campement, nulle mention du déroulé théorique, des objectifs du collectif.

Mais en quelques clics, on peut découvrir quelques réalisations engagées innovantes, ludiques et politiques qui interrogent la démarche de l’auto construction, de la construction collective où l’humain reprend la main sur le béton …

Deux liens vers deux réalisations inspirantes

Une piscine naturelle en plein Londres http://www.doitinlondon.co.uk/fr/the-musts/4-chouettes-idees-pour-changer-du-brexit-855/kings-cross-pond-19596

Une oasis au milieu des tours : https://fredkeiff.com/portfolio/oasis/

logo ville

9 commentaires sur “Gros oeuvre, Joy Sorman

Ajouter un commentaire

    1. Effectivement, les textes sont inégaux mais donnent des pistes vers des réalisations existantes … Ce que je n’ai pas perçu tout de suite et sans doute certaines références ont dû m’échapper, comme celle de la demeure du chaos, une réalisation que je découvre, du coup … Merci pour le lien.

      Aimé par 1 personne

    1. Non, pas d’enthousiasme pour les textes en eux mêmes, c’est d’ailleurs pour cette idée de fragment que j’avais retenu ce titre. Mais la réflexion sur l’urbanité ne fait pas sens, peut-être pas assez narrative pour moi …

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :