Frère d’âme David Diop

Frere-d-ameUn monologue intérieur, un rythme incantatoire, un flux de pensées noires, forcément noire vu le sujet, l’enfer des tranchées et la couleur de peau du narrateur, Alfa, tirailleur sénégalais. Il a vu son « plus que frère » mourir sous ses yeux, éventré, et il lui a refusé le coup de grâce qui aurait abrégé ses souffrances. Forcément, il s’en veut, hanté, forcément, il sombre dans la vengeance, quitte l’inhumanité de la guerre pour la folie et s’empare de l’esprit de son « plus que frère », à moins que ce ne soit l’inverse. Et le récit se conclut sur cette énigme, dans le même bain de violence où le début nous avait immergé. Quelques retours en arrière, dans une Afrique mythifiée, consolident les personnages, leur donnent un peu plus de chair que celle de chair à canon. Dans cet itinéraire qui se veut halluciné, Alfa dit se construire sa propre pensée, s’émanciper mais je me demandais bien de quoi, parce qu’il pense toujours de la même façon, par répétition de formules qui sonnent l’oralité africaine. La folie est mise en mots poétiques et métaphoriques … La tranchée qui recrache ses victimes comme des nouveaux nés à la violence, un vagin à l’envers, soit, mais ça fait hiatus avec le personnage qui se dit inculte, C’est de la supercherie littéraire.

L’image du fou furieux qui surgit de la tranchée avec son coupe coupe pour aller trancher les mains de l’ennemi aux yeux bleus jumeaux sous la lumière de la pleine lune, c’est peut-être incantatoire et poétique, mais ça frôle la caricature quand même …  La folie, descente aux Enfers, est dans la même veine, à coup de grigris et de mains coupée séchées …

Dois-je ajouter que ce texte que ce texte m’a profondément agacée ?

10 commentaires sur “Frère d’âme David Diop

Ajouter un commentaire

  1. J’ai été un peu moins sévère que toi, c’est surtout le style qui a fini par me lasser… c’est marrant cette histoire de fou furieux et de violence à outrance, quand on voit l’auteur, on se dit qu’il ne doit pas y avoir d’homme plus doux !!

    J’aime

    1. Je n’ai pas trop regardé d’interventions de l’auteur, je ne doute pas que sa parole soit pacifiste et intéressante, mais la démarche romanesque m’a vraiment laissée perplexe. Et puis, trop de pathos étouffe l’empathie !

      J’aime

    1. Un hasard d’une recommandation, je me suis dit, pourquoi pas ? Mais maintenant, je sais que j’avais raison de ne pas l’avoir lu avant … Ce type de reconstitution est trop morale pour moi, cela ne me touche pas.

      J’aime

    1. Je me le demande aussi, même avant que le roman ne reçoive le Goncourt lycéen, il était déjà très remarqué, pourtant, je trouve, modestement, je ne suis pas spécialiste, qu’il n’apporte pas grand chose de nouveau sur le sujet des tirailleurs sénégalais dans la grande guerre …

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :