Homesman, Glendon Swarthout

Dans les environs de Loup, dans le Nébraska, trois ans après leur arrivée dans les grandes plaines de l'Ouest à conquérir, quatre femmes sont devenues folles, dépossédées elles mêmes par des conditions de vie qui les ont aliénées à une terre, un mari ... Accablées, elles ont lâché prise. A 43 ans, Théoline ne peut... Lire la Suite →

Journal de nage, Chantal Thomas

Ce journal est composé de quatre parties disparates dont l'unité est cependant assurée par le recours aux circonvolutions, à sauts et à gambades, dirait le Montaigne. La première partie est une évocation du premier confinement, avec comme fil littéraire le journal de Kafka et son goût pour le chlore des piscines. Car de nage, il... Lire la Suite →

Gros oeuvre, Joy Sorman

Ce texte est constitué de quinze récits autour du théme de l'habitation, évoquant des expériences véridiques ou imaginaires, individuelles ou collectives, étranges, décalées. L'autrice interpelle de temps en temps le Jean Jacques, celui qui conspuait la propriété. Elle invite à investir les friches urbaines, à s'y installer dans des modules jetables, préfabriqués, vante le nomadisme... Lire la Suite →

Il n’est pire aveugle, John Boyne

J'avais adoré la plume satirique de l'auteur dans le machiavélique L'audacieux monsieur Swift, et c'est une plume trempée dans un tout autre vitriol que j'ai découvert dans ce roman qui s'ancre en plein dans une réalité sociale et politique bien concrète cette fois ci, celle de l'Irlande des années 2000-2010 qui découvre, horrifiée, la pédophilie... Lire la Suite →

Il était une ville, Thomas B. Reverdy

Lorsque Eugène débarque à Détroit, il est encore adepte de la théorie de Taylor, un peu échaudé par un échec en Chine, mais toujours attaché à l'idée qu'un employé peut améliorer son score, qu'une fois le score établi, ou l'objectif fixé par l'entreprise ( on peut aussi le dire comme cela) atteint, le système permet... Lire la Suite →

Cher connard, Virginie Despentes

J'ai lu Baise-moi il y a bien longtemps, sans être particulièrement choquée. J'ai lu le premier tome de Vernon Subutext, et je me suis arrêtée là, j'ai survolé les premières pages de King kong théorie en souriant de l'outrance langagière mais aussi en me disant que c'était pas mal balancé ... Et je me suis... Lire la Suite →

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑