Raison et sentiments, Jane Austen

Le sous titre de ce roman fut "les deux manières d'aimer", et une des traductions du titre fut aussi "Bon sens et sensibilité" : le programme de lecture est clair : l'amour, mais l'amour à l'époque victorienne, donc mariage et argent comme condition de réussite de l'amour ... Du Jane Austen, quoi ! Les deux... Lire la Suite →

Luigi Lucheni, l’anarchiste qui tua Sissi

Il s'agit d'une curiosité qui ne pouvait que retenir mon attention, les mémoires de l'homme qui tua une icône, la princesse la plus emblématique de cette fin de siècle où les idéologies monarchistes et conservatrices se télescopent avec les réalités sociales et politiques, d'où émergent l'utopique envie d'une autre pensée possible ... Lorsque Luigi Lucheni... Lire la Suite →

Francis Rissin, Martin Mongin

Ecrire une note sur Francis Rissin est peut-être ajouter un épisode de plus au long récit de l'épopée de Francis Rissin dont il est question dans ce pavé, du début à la fin, sans que l'on sache qui est véritablement Francis Rissin : sûrement un personnage qui a fasciné les foules, mis en place un... Lire la Suite →

Mécanique de la chute, Seth Greenland

Bienvenu dans l'univers plus que confortable des Gladstone, empire familial fondé par le père de Jay et son frère, exilés de la lointaine Europe centrale et répondant au nom de Glastein à leur arrivée à New York. Les pères fondateurs ont fait fortune dans l'immobilier et leurs descendants, tout en poursuivant une ambition architecturale (... Lire la Suite →

L’audacieux monsieur Swift, John Boyne

Machiavel littéraire, Maurice Swift prend dans les filets de sa beauté insolente des proies dont il va sucer la moëlle jusqu'à l'os pour satisfaire son ambition, devenir un grand écrivain ( comprendre un écrivain reconnu et adulé des médias, appartenant à la jet set) et ceci à n'importe quel prix ;  son corps, son charme,... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑