Par le vent pleuré, Ron Rash

Bill et Eugène sont frères, seulement voilà, Bill est l'aîné, ce dont Eugène, le narrateur,  lui tient toujours quelque peu rigueur. Sans compter qu'ils n'ont pas vraiment tourné pareil ; Eugène carbure au whisky sans discontinuer depuis tellement de temps qu'il a arrêté de se dire qu'il aurait pu être écrivain. Bill est chirurgien, un... Lire la Suite →

Publicités

Le chant de la Tamassee, Ron Rash

La Tamassee est une étrange rivière, une rivière sauvage, c'est-à-dire qui coule librement, selon ses propres lois.

Une terre d’ombre, Ron Rash

 Rash, moi j'aime tout (un peu moins Séréna, mais bon, tant pis pour elle, elle avait qu'à être un peu plus subtile, la garce), alors quand il nous ramène au vallon encaissé et ombreux d'Un pied au paradis ( si ce n'est lui, c'est donc son frère ...), déjà, je me frotte la poussière des mains en... Lire la Suite →

Le monde à l’endroit, Ron Rash

Travis Shelton a dix sept ans et sûrement une chemise à carreaux. Ce n'est pas dit dans le roman, mais c'est le genre de jeune américain rural et sans grand avenir à en porter une, genre rouge, jaune et bleue. Sans trop de goût, quoi. Il aide son père sur la plantation de tabac qui ne... Lire la Suite →

Séréna, Ron Rash

Années 30, USA, crise financière, les patrons ont tous les droits et en usent en en abusant, une exploitation forestière, des ouvriers remplaçables, un projet de réserve naturelle, des expropriations rentables, enfin, pour certains. Georges, le patron, il ramène de Boston, fraîchement marié, sa femme, Séréna, qui n'a peur de rien ni de personne, évalue la coupe de... Lire la Suite →

Un pied au paradis, Ron Rash

Bien prenant comme un polar qu'il n'est pas vraiment, bien troussé en cinq parties que l'on enchaîne, malgré quelques répétitions, un coup d'accélérateur sur la fin, et même si quelques ficelles traînent, on ne culbute quand même pas trop dans le total mélo. Il fait chaud dans ce livre, une chaleur moite qui colle aux... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑