La saison des feux, Céleste N.G

Le roman repose sur un principe binaire, il prend deux familles que tout oppose, les valeurs, le nombre, le passé et le présent, et fait brûler le torchon. Il brûle d'ailleurs dès le départ puisque l'histoire commence par l'incendie de la maison d'une des deux familles, celle des riches, les Richardson, famille modèle américaine de... Lire la Suite →

Publicités

L’écrivain national, Serge Joncour

Où il est question, comme le titre l'indique, d'un écrivain, pas vraiment national, mais juste assez connu pour être invité par un couple de libraires pour une résidence d'artiste d'un mois. A Donzière. Ce n'est pas vraiment le gros lot de la notoriété. La petite ville qui invite se situe entre Nièvre et Morvan, en... Lire la Suite →

Missing New York, Don Winslow

La première partie est d'une efficacité redoutable, presque le Don Winslow de La griffe du chien ( presque, quoique quand même, le début de La griffe du chien, je crois que je ne m'en suis jamais vraiment remise ...) Dans une banlieue résidentielle, populaire, mais pas vérolée de violences, avec juste quelques voisins qui soulèvent... Lire la Suite →

Le testament d’Olympe, Chantal Thomas

Le roman  baigne dans la lumière crépusculaire d'un Louis XV triste et cruel, même pas par conviction, mais juste par ennui. Ce qui est presque pire. Dans le Bordeaux animé et marchand du XVIII ème siècle, deux sœurs, Ursule et Apolline subissent la faim et la misère derrière la façade familiale. Leur père, Georges Siméon... Lire la Suite →

La guerre des pauvres, Eric Vuillard

Thomas Münstzer fut exécuté, la tête tranchée à la hache en 1535, dans la capitale de la Thuringe au nord de l'Allemagne. De ce prédicateur illuminé par la Réforme, une Réforme qu'il voulait radicale, Eric Vuillard dit que sa tête pesait aussi lourd que celle d'un autre homme, surtout une fois tranchée, qu'il est un... Lire la Suite →

Le fil des souvenirs, Victoria Hislop

Une histoire qui place ses personnages principaux dans la ville de Thessalonique, entre la fin de la première guerre mondiale et la fin de la deuxième et  se construit en un grand retour arrière, ce qui fait que dès le début, on sait qu'ils sont vivants. C'est rassurant et confortable. Voire un peu trop ...... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑