Journal de nage, Chantal Thomas

Ce journal est composé de quatre parties disparates dont l'unité est cependant assurée par le recours aux circonvolutions, à sauts et à gambades, dirait le Montaigne. La première partie est une évocation du premier confinement, avec comme fil littéraire le journal de Kafka et son goût pour le chlore des piscines. Car de nage, il... Lire la Suite →

Il n’est pire aveugle, John Boyne

J'avais adoré la plume satirique de l'auteur dans le machiavélique L'audacieux monsieur Swift, et c'est une plume trempée dans un tout autre vitriol que j'ai découvert dans ce roman qui s'ancre en plein dans une réalité sociale et politique bien concrète cette fois ci, celle de l'Irlande des années 2000-2010 qui découvre, horrifiée, la pédophilie... Lire la Suite →

Il était une ville, Thomas B. Reverdy

Lorsque Eugène débarque à Détroit, il est encore adepte de la théorie de Taylor, un peu échaudé par un échec en Chine, mais toujours attaché à l'idée qu'un employé peut améliorer son score, qu'une fois le score établi, ou l'objectif fixé par l'entreprise ( on peut aussi le dire comme cela) atteint, le système permet... Lire la Suite →

Cher connard, Virginie Despentes

J'ai lu Baise-moi il y a bien longtemps, sans être particulièrement choquée. J'ai lu le premier tome de Vernon Subutext, et je me suis arrêtée là, j'ai survolé les premières pages de King kong théorie en souriant de l'outrance langagière mais aussi en me disant que c'était pas mal balancé ... Et je me suis... Lire la Suite →

Réelle, Guillaume Sire

La famille Tapico est tout ce qu'il y a de plus ordinaire. Chez eux, on n'éteint la télévision que quatre fois par jour, l'interrupteur étant cassé, la manœuvre demande des contorsions trop problématiques pour être réalisée plus souvent. Et donc, Johanna sait qu'un nouveau jour commence lorsqu'elle entend la voix de William Leymergie de l'autre... Lire la Suite →

Zouleikha ouvre les yeux, Gouzel Iakhina

J'ai lu la préface de ce roman après juste une vingtaine de pages de ce récit , alors que je ne lis jamais les préfaces. Pour être honnête, je l'ai même relue après une autre vingtaine de pages ... Interloquée par l'écriture, le personnage, les lieux et l'univers Tartare. D'où sortait ce texte : un... Lire la Suite →

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑