V 13, Emmanuel Carrère

La couverture annonce le genre, chronique judiciaire. Exit donc le Carrère nombriliste, voire exhibitionniste qui peut sortir par les chakras de certains, mais, en ce qui me concerne me nourrit toujours de quelque chose qui m'échappe. Ce texte, composé de très courts chapitres, notations de moments,  je l'ai lu quasiment d'une traite, m'arrêtant de temps... Lire la Suite →

Point de fuite, Elizabeth Brundage

Le récit tisse les voix d'un quatuor, deux couples, dont les rancœurs intimes explosent autour de l'existence d'un enfant, devenu jeune adulte, qui est parti à la dérive. Les liens complexes qui les lient se dévoilent de narrateurs en narrateurs. Mais tous ne disent pas la vérité ... Trois se sont rencontrés lors d'une formation... Lire la Suite →

Partie italienne, Antoine Choplin

Cette partie se joue en 100 pages à peine. Entre histoire d'amour genre coup de foudre improbable, passion pour les échecs, il y traine un air de tango, un gout de Campari, mais aussi un grand père assassiné à Auswitchz ... C'est joliment écrit mais quelque peu disparate ... Gaspar est un artiste parisien. La... Lire la Suite →

Orange amère, Ann Patchett

Albert Cousin fait irruption chez Beverly et Fix, alors qu'une fête de baptême s'y déroule, celle de Frances, deuxième fille du couple. Bert ne connait personne, et pour cause, il n'a jamais été invité. En partant de chez lui, tout ce qu'il a trouvé comme cadeau est une bouteille de gin. La fête de famille... Lire la Suite →

Beyrouth sur Seine, Sabyl Ghoussoub

Beyrouth sur Seine, c'est Paris dans les années où la guerre a fait exploser le Liban et dont les conséquences ont fait aussi des dégâts dans les rues de la capitale française. Les parents de l'auteur y sont arrivés en septembre 1975, juste avant que leur ne s'embrase. Lui, intellectuel, artiste, dramaturge, metteur en scène,... Lire la Suite →

L’Odyssée de Pénélope, Margaret Atwood

Les sirènes m'ont ramenée vers la figure de Pénélope revue et corrigée par des autrices contemporaines. Après la triste silhouette figée dans l'ennui de Sans plus attendre, je me suis tournée, grâce aux conseils laissés dans les commentaires, vers la version de Atwood, me disant qu'avec cette autrice, la Pénélope aurait peut-être, on peut rêver,... Lire la Suite →

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑