La ballade du café triste, Carson McCullers

Tu n'as jamais lu La ballade du café triste ? Tiens, c'est étonnant ! Cette remarque de mon homme aura eu raison du temps qui finissait par jaunir la couverture de ce recueil de nouvelles, en un accord quasi parfait avec la tonalité de la quatrième de couverture qui annonçait mélancolie, solitude, solitude d'amour ....... Lire la suite →

Publicités

La couleur des ombres, Colm Toibin

Toutes les nouvelles de ce recueil ont l'Irlande en commun,  en point de mire ou en point de fuite, et en contre point, l'Espagne, essentiellement Barcelone, solaire ou misérable. Toutes sont pleines de nostalgies, d'une mère qui se meure, sans paroles ni regrets ( "Un moins un"),  sans regrets non plus pour un Dublin aussi... Lire la suite →

Le testament de Marie, Colm Toibin

L'idée du livre est juste de celles qui me font me précipiter sur un livre, l'histoire officielle retournée comme un gant et volte face vent debout aux constructions de la pensée, on culbute les mythes et on va voir sous leurs jupes.

Les oiseaux, Daphné Du Maurier

Si vous n'aimez pas les nouvelles, si elles vous laissent un goût de trop peu, si le format court frustre votre goût immodéré du romanesque au long court, alors, il faut, d'urgence lire "Les oiseaux". A cause que ces sept nouvelles remplissent tellement toutes ces anti-conditions, qu'on en redemanderait alors qu'on est déjà plein. Moi,... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑