Cette main qui a pris la mienne, Maggie O’Farrell

Non seulement, le titre fait carrément nunuche, mais l'illustration de la couverture aussi, ce qui fait que, heureusement, le souvenir d'un autre titre de cette auteure, qui m'avait marquée, ( L'étrange disparition d' Esme Lennox) m'a poussé vers ce titre. Et cela aurait été dommage de se priver de l'histoire de deux battantes, deux femmes... Lire la suite →

Publicités

Nous avons toujours vécu au château, Shirley Jackson

Deux sœurs, Mary Katherine et Constance Blackwood, et leur vieil oncle infirme et radoteux , vivent en reclus volontaires dans la demeure des Blackwood, entourés d'un gigantesque parc, de hauts murs, et de la haine des villageois. L'accès au château est fermé par des cadenas et protégé par les incantations magiques de la cadette, Mary.... Lire la suite →

L’art de perdre, Alice Zaniter

Un versant de l'histoire de la décolonisation de l'Algérie, indispensable avant, après (ou sans, d'ailleurs), la lecture de Dans l'épaisseur de la chair de Ruys de Roblès : après le versant pied noir, le versant harki, si peu présent dans la dite grande histoire. Si les pieds noirs se sentirent aussi des perdants, pour les... Lire la suite →

Une bobine de fil bleu, Anne Tyler

C'est l'histoire d'une famille, ou plutôt d'une maison, d'une famille qui habite une maison mais pas n'importe laquelle de maison, celle qui trône au dessus de ses escaliers, comme le signe indéniable de la réussite sociale. Enfin, quand je dis famille, c'est surtout le grand père qui l'a voulue,  cette maison, Junior Whishanks, menuisier émérite... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑