La route des Indes, E.M. Forster

La cité de Chandrapore offre peu d'intérêt, elle n'est pas vraiment belle, ni vraiment exotique, le Gange n'y est même pas majestueux, juste sale. Les colons anglais l'administrent sans passion, dans une routine écrasée par la chaleur, la moiteur, dans une indifférence agacée vis-vis des habitants. Il y a bien ces fameuses grottes que l'on... Lire la suite →

Publicités

Evariste, François Henri Désérable

Un roman biographique, la courte vie d'un mathématicien de génie, où l'on n'apprend rien sur les mathématiques. L'auteur revendique son incompétence dans ce domaine, ce qui tombe bien, vu que s'il avait été compétent, j'aurais lâché l'affaire. Evariste Galois est un génie des maths, je ne saurais donc jamais pourquoi, mais j'ai, par contre, dévoré... Lire la suite →

L’art de perdre, Alice Zaniter

Un versant de l'histoire de la décolonisation de l'Algérie, indispensable avant, après (ou sans, d'ailleurs), la lecture de Dans l'épaisseur de la chair de Ruys de Roblès : après le versant pied noir, le versant harki, si peu présent dans la dite grande histoire. Si les pieds noirs se sentirent aussi des perdants, pour les... Lire la suite →

L’oiseau du bon dieu, James McBride

James Mc Bride raconte l'épopée anti abolitionniste de John Brown par les yeux du très jeune Henry Shakleford, esclave dont la mentalité se pliait très bien à sa condition, condition d'ailleurs qui l'avait façonné à très bien l'accepter.

Les proies, Thomas Cullinan

Les proies sont au nombre de huit, et leur capacité à passer de victimes à chasseuses dépend des variables de rancœurs et de jalousies qui peuvent circuler entre elles, et du double jeu dont un jeune soldat fanfaron va tenter de tirer son épingle de son côté. Elles sont huit dans un pensionnat de jeunes... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑