Le bal des folles, Victoria Mas

La famille d'Eugénie, les Cléry, est d'une bourgeoisie respectable, munie des valeurs attendues, la morale, la pudeur, le mariage, l'héritage, la réputation, la conformité au schéma patriarcal en vigueur au XIX ème siècle, dans les beaux quartiers de la capitale. Moulures au plafond, l'appartement ne tinte aux heures des repas que des bruits des couverts... Lire la Suite →

Billy Wilder et moi, Jonathan Coe

Jonathan Coe a trouvé le moyen de rendre un hommage à un très grand du cinéma des années cinquante, le Billy Wilder en fin de splendeur hollywoodienne, celui qui tourne son avant dernier film, l'étrange Foédora. Pour ce panégyrique, l'auteur s'est incarnée dans une jeune fille anonyme, Callista, qui n'a d'yeux que pour le Billy.... Lire la Suite →

Ma chérie, Laurence Peyrin

Gloria n'a pas toujours été belle, soignée, bichonnée par son riche amant, GG. Elle n'a pas toujours eu une hygiène de vie digne d'une belle pouliche pour millionnaire américain qui ne souhaite pas divorcer et qui promène son trophée dans les fêtes mondaines. Elle n'a pas toujours porté du Courrèges, chaussée de gogo boots à... Lire la Suite →

Tous les hommes sont menteurs, Alberto Manguel

Terradillos, journaliste, mène une enquête sur un auteur sud américain,  personnage qu'il souhaite saisir à travers plusieurs témoignages, dont le premier est celui d'un autre exilé, Manguel lui, même, ou du moins, un double romanesque de l'auteur, auteur qui dit d'ailleurs avoir très peu connu Bevilacqua, le sujet de la quête. Il l'a rencontré après... Lire la Suite →

La veuve des Van Gogh, Camilo Sanchez

Après avoir participé au mois latino américain avec un titre d'un auteur "hors nationalité" mais se déroulant entièrement dans la géographie concernée, ( Rouge Brésil de Rufin), je me suis amusée à faire l'inverse. Camilo Sanchez est argentin, et ce titre, comme son nom l'indique, n'évoque que des paysages européens, et encore, seulement ceux peints... Lire la Suite →

El ultimo lector, David Toscana

Il y a des millénaires, le village d'Icamole était le fond d'un océan. On peut encore y trouver des nautiles, entre les figuiers de Barbarie qui remplacent les algues qui se balançaient au gré des courants sous marins. Aujourd'hui, par contre, Icamole est complétement à sec, au point que c'est de Vila de Garcia, la... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑