La formule préférée du professeur, Yoko Oguwa

Parmi mes formules de mauvaise foi maintes répétées, il y a cet à-priori définitif : "je ne comprends rien à la littérature japonaise." D'ailleurs, je n'en lis pas. Ce qui, évidemment, n'est pas de nature à me faire changer d'avis. Ce qui est le principe même de la mauvaise foi. Je suis donc parfaitement logique.

Publicités

Yeruldelgger, Ian manook

Les traditions des nomades mongols se perdent, seules quelques femmes continuent à jeter du lait aux quatre points cardinaux pour souhaiter bon voyage à celui qui s'en va, les yourtes se réduisent à peau de chagrin dans la grisaille des banlieues sordides. Les séries américaines y résonnent et même dans les grands espaces encore vierges,... Lire la suite →

Cats, Kang Hyun-Jun

Ce manga ( qui se lit à l'endroit, ce que je n'avais pas compris tout de suite ...) est la preuve incontestable que l'âme des chats est universelle ( ce dont j'étais déjà persuadée, du fait que mes chats successifs, mon chat actuel, et ceux que je peux observer par ailleurs, prennent ce postulat au... Lire la suite →

Césaré, Fuyumi Soryo

Moi, je croyais que les mangas, c'était une B.D pour nuls de l'histoire, avec des personnages aux grands yeux et des dialogues limités à "Akaï", "Bong", "t'es mort" (je ne sais pas comment on dit "t'es mort" en japonais mais "Akaï", c'est "vas-y" et "Bong", c'est "j'ai gagné, t'as perdu", enfin, selon moi).

D’un extrême l’autre, Hakan Günday

Au début, j’ai pensé que ce roman était un roman réaliste, une sorte de pamphlet engagé dénonçant le fanatisme religieux, le trafic humain, les mariages forcés, la misère et ses fléaux dans la Turquie contemporaine. Puis, au bout d’un moment ( quatre ou cinq chapitres), je me suis dit que, quand même, pour un roman réaliste, l’auteur avait un peu forcé la dose

Cité de la poussière rouge, Qui Xianlong

Dans la cité de la poussière rouge, l'histoire, la grande et tragique histoire de la Chine d'après la révolution communiste se coule en de petites historiettes de ses habitants minuscules. C'est une cité de petites gens ordinaires, dans le grand Shangaï, des petites gens qui habitent dans des petites maisons, découpées comme du tofu en... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑