La somme de nos folies, Shih-Li Kow

En Malaisie, le tourisme se fait industrie, la croissante économique bat son plein, la course aux progrès technologiques fait pousser les villes comme des champignons anarchiques. Du moins, on peut le supposer car à Lubok Sayona, il ne se passe vraiment pas grand chose, du moins en apparence. La ville, qui a des allures de... Lire la Suite →

Publicités

L’équilibre du monde, Mistry la chaîne des lectrices ….

A la faveur d'une faiblesse d'une amie grande lectrice, j'ai  profité de son immobilisation forcée ( une rupture du talon d' Achille, ce qui est quand même, une blessure digne de sa connaissance du grec) pour lui porter un gros tas de livres (j'aime bien porter des gros tas de livres quand la lectrice ne... Lire la Suite →

Irezumi, Akimitsu Takagi

Parmi mes incohérences, il y a l'obstination à tenter de lire de la littérature japonaise, obstination tempérée par la conscience lucide que je n'y comprends rien. Kafka sur le rivage, je l'avais terminé avec un certain plaisir, et après, je me suis dit qu'il ne fallait pas gâcher l'interlude en renouvelant l'expérience. Seulement voilà, cette... Lire la Suite →

La formule préférée du professeur, Yoko Oguwa

Parmi mes formules de mauvaise foi maintes répétées, il y a cet à-priori définitif : "je ne comprends rien à la littérature japonaise." D'ailleurs, je n'en lis pas. Ce qui, évidemment, n'est pas de nature à me faire changer d'avis. Ce qui est le principe même de la mauvaise foi. Je suis donc parfaitement logique.

Yeruldelgger, Ian manook

Les traditions des nomades mongols se perdent, seules quelques femmes continuent à jeter du lait aux quatre points cardinaux pour souhaiter bon voyage à celui qui s'en va, les yourtes se réduisent à peau de chagrin dans la grisaille des banlieues sordides. Les séries américaines y résonnent et même dans les grands espaces encore vierges,... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑