Eleanor Oliphant va très bien, Gail Honeyman

Eleanor n'a pas les bonnes manières qui vont avec les codes sociaux. Elle ne les comprend pas bien, ne les envie pas, les regarde d'un œil étrange et interrogateur. Elle ne fréquente personne, et sa brusquerie écarte d'elle l’apitoiement. Et pourtant, pour le lecteur, Eleanor est terriblement attachante, parce qu'il est le seul à la... Lire la Suite →

Publicités

Famille parfaite, Lisa Gardner

Justin Deube est le prototype du beau mâle qui a réussi. Héritier d'une entreprise de BTP florissante, il en a fait son royaume et son trésor. Il manage comme il respire, en grand, avec entrain et complicité. Ses équipiers ont des trognes de repris de justice, mais ils sont bien serrés autour du chef charismatique... Lire la Suite →

Des gens d’importance, Mariah Frédéricks

Jane Prescott est domestique à New York dans les années 1910. Elle connait très bien les codes et les usages qui se pratiquent dans les grandes familles de la ville, et les préséances matrimoniales qui y règnent. Elle a été engagée pour ses compétences dans une famille qui n'appartient pas encore vraiment au beau linge.... Lire la Suite →

Petite soeur, mon amour; Joyce Carol Oates

Pour cette nouvelle lecture commune,  Ingannmic et moi même avons choisi de nous inspirer d'une liste de questions, parfois un peu déstabilisantes, établies par Sophie Calle dans le cadre d'une de ses interviews (1). Nous n'avons pas tout retenu, et cela fait déjà une note (deux ... je viens de lire la sienne en avant... Lire la Suite →

Par le vent pleuré, Ron Rash

Bill et Eugène sont frères, seulement voilà, Bill est l'aîné, ce dont Eugène, le narrateur,  lui tient toujours quelque peu rigueur. Sans compter qu'ils n'ont pas vraiment tourné pareil ; Eugène carbure au whisky sans discontinuer depuis tellement de temps qu'il a arrêté de se dire qu'il aurait pu être écrivain. Bill est chirurgien, un... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑