Tristesse de la terre, Eric Vuillard

Ce court récit évoque la mascarade du Wild West Show de Buffalo Bill, où la vérité de l'histoire amérindienne fut travestie par le faux mythique cow boy, pour la plus grande joie des spectateurs, et l'infinie tristesse d'une civilisation perdue.

Lune Comanche, Lonesome Dove : l’affrontement, Larry McMurty

Le deuxième des débuts de Gus et Call, où l'on raccroche Lonesome Dove I : le chaînon manquant indispensable aux fans des deux Texas Rangers. D'ailleurs, en passant près du Pécos, on fait une reconnaissance rapide dans la pas encore ville de Lonesome Dove. Il y a déjà du whisky, pas encore de putains.

Warlock, Oakley Hall

C'est un roman, un pavé, qui prend pied dans les origines du western, quand l'Ouest, jusque là sans aucune foi ni aucune loi, que celle de tirer plus vite que celui d'en face, a commencé à prendre du plomb dans l'aile, quand le chaos des cow-boys qui ne redoutaient aucune représailles, a commencé à se... Lire la Suite →

Indian creek, Pete Fromm

Tout d'abord, j'ai toujours eu du mal avec Robinson. Vendredi ou pas, mythe ou pas mythe, le Robinson, il a quand même un arrière goût d'individualiste petit bourgeois, dirait fiston, qui n'a pas lu Robinson, mais moi, oui. L'île déserte avec la survie qui mène à la réussite de l'entreprise, ce n'est pas mon truc.... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑