Sur les chemins noirs, Sylvain Tesson

Dans sa chute, Sylvain Tesson, n'a rien perdu de son talent, mais quand même un peu de sa superbe allégria qui valsait, au bord du désespoir du dandy caracolant.

Publicités

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut

Déjà, la dédicace m'a énervée, "Certains ne deviennent jamais fous ... Leurs vies doivent être bien ennuyeuses", la pétulance de la folie, ben voyons ! Déjà que je n'aime pas le pétillant en vin, en livre c'est pire, j'ai une tendance avérée pour le brut.

Tristesse de la terre, Eric Vuillard

Ce court récit évoque la mascarade du Wild West Show de Buffalo Bill, où la vérité de l'histoire amérindienne fut travestie par le faux mythique cow boy, pour la plus grande joie des spectateurs, et l'infinie tristesse d'une civilisation perdue.

Howards End, E.M. Forster

Deux modes de vie sont en présence dans cette Angleterre, presque post victorienne, mais encore tirée à quatre épingles, représentés par deux familles à la composition inégale.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑