Aux printemps des monstres, Philippe Jaenada

1964 est l'année de la disparition de Luc Taron, 11 ans, chaussettes rouges, culotte courte, polo bleu roi, et surtout pas bleu marine, la nuance du détail est un des plaisirs tatillons dont se nourrit le récit et notre plaisir s'en décuple ... 1964 est aussi l'année de naissance de l'auteur et le jour de... Lire la Suite →

Un colosse, Pascal Dessaint

Le colosse est Jean Pierre Mazas, un paysan taiseux, dur à la tache, métayer exploité comme tous les autres par le maître du domaine, celui qui possède le château surplombant le petit village de Montastruc, pas loin de Toulouse. De sa vie, on n'en aurait rien su si il n'avait été un géant, mesurant plus... Lire la Suite →

Vincent qu’on assassine, Marianne Jaeglé

L'auteure, comme le titre l'indique, part d'une hypothèse, Van Gogh a été assassiné. Dans le champ près d'Anvers sur Oise, en juillet 1890, il n'a pas retourné une arme contre lui, il n'a pas vraiment voulu mourir, il a laissé faire la bêtise d'un jeune fils de bonne famille, qui ne voyait en lui qu'un... Lire la Suite →

La bombe, Franck Harris

Rudolph Schnaubelt, pour fuir le patriotisme grandissant de son Allemagne natale, migre à New York en cette fin de XIX ème siècle qui voit se déverser le flot des "nouveaux arrivants" dans le nouveau monde. Les "anciens" ne leur laissent que les emplois précaires, mal payés, dangereux. Le rêve d'une vie meilleure se dissout pour... Lire la Suite →

Billy Wilder et moi, Jonathan Coe

Jonathan Coe a trouvé le moyen de rendre un hommage à un très grand du cinéma des années cinquante, le Billy Wilder en fin de splendeur hollywoodienne, celui qui tourne son avant dernier film, l'étrange Foédora. Pour ce panégyrique, l'auteur s'est incarné dans une jeune fille anonyme, Callista, qui n'a d'yeux que pour le Billy.... Lire la Suite →

La veuve des Van Gogh, Camilo Sanchez

Après avoir participé au mois latino américain avec un titre d'un auteur "hors nationalité" mais se déroulant entièrement dans la géographie concernée, ( Rouge Brésil de Rufin), je me suis amusée à faire l'inverse. Camilo Sanchez est argentin, et ce titre, comme son nom l'indique, n'évoque que des paysages européens, et encore, seulement ceux peints... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑