Evariste, François Henri Désérable

Un roman biographique, la courte vie d'un mathématicien de génie, où l'on n'apprend rien sur les mathématiques. L'auteur revendique son incompétence dans ce domaine, ce qui tombe bien, vu que s'il avait été compétent, j'aurais lâché l'affaire. Evariste Galois est un génie des maths, je ne saurais donc jamais pourquoi, mais j'ai, par contre, dévoré... Lire la suite →

Publicités

Traîne savane, Guillaume Jean

Un récit mi autobiographique, mi biographique, en alternance, avec de la romance, du piquant, du mordant, de la langueur et de l'aventure don quichotesque.

L’oiseau du bon dieu, James McBride

James Mc Bride raconte l'épopée anti abolitionniste de John Brown par les yeux du très jeune Henry Shakleford, esclave dont la mentalité se pliait très bien à sa condition, condition d'ailleurs qui l'avait façonné à très bien l'accepter.

Deux remords de Claude Monet, Michel Bernard

Dans cette évocation biographique du peintre, j'ai bien vu le peintre, mais pas de remords (à moins qu'ils ne soient post mortem, ceux qu'il aurait eu en découvrant l'illustration de la couverture du livre, d'un fauvisme plus que douteux ?) L'intérêt de cette biographie (romancée, je pense, parce que quand même, il y a deux... Lire la suite →

Un singulier garçon, Kate Summercale

Juillet 1895, il fait torride sur le Londres de la révolution industrielle et sur ses fantasmes. La chaleur n'a sans doute rien à voir avec le crime commis par Rober Coombes, mais les fantasmes pèseront dans les explications et les commentaires sur "l'affaire de Plaistow" ou "La tragédie de Plaistow", selon les points de vue.... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑