Le jardin des colonies, Thomas Reverdy, Sylvain Venayre

Le jardin des colonies se trouve en partie à Vincennes, (une pensée pour celles qui étaient au festival América pendant que je lisais ce livre, dans une fin d'après midi encore ensoleillée au jardin, le mien), et s’étend du palais doré, à Nogent, en gros. Il se nomme aujourd'hui le jardin d'agronomie tropicale, histoire de... Lire la Suite →

Publicités

L’ancêtre, Juan José Saer

"A cette époque, la mode était aux Indes", le narrateur est un de ces orphelins qui grouillent dans le port où les marins parlent de "villes parées d'or, du paradis sur terre, de monstres marins qui surgissent soudain de l'eau". Comme il n'a rien à perdre, le jeune garçon s'embarque comme mousse à tout faire.... Lire la Suite →

Taqawan, Eric Plamonton

Un taqawan est un saumon qui revient pour la première fois dans sa rivière natale, après avoir passé trois ans en mer. C'est un mot indien, de la tribu des Micmacs dont l'équilibre ancestral reposait sur la pêche dudit saumon. Le taqawan retrouvait sa route à lui grâce à l'odeur des rivières. L'idée est celle... Lire la Suite →

La route des Indes, E.M. Forster

La cité de Chandrapore offre peu d'intérêt, elle n'est pas vraiment belle, ni vraiment exotique, le Gange n'y est même pas majestueux, juste sale. Les colons anglais l'administrent sans passion, dans une routine écrasée par la chaleur, la moiteur, dans une indifférence agacée vis-vis des habitants. Il y a bien ces fameuses grottes que l'on... Lire la Suite →

L’art de perdre, Alice Zaniter

Un versant de l'histoire de la décolonisation de l'Algérie, indispensable avant, après (ou sans, d'ailleurs), la lecture de Dans l'épaisseur de la chair de Ruys de Roblès : après le versant pied noir, le versant harki, si peu présent dans la dite grande histoire. Si les pieds noirs se sentirent aussi des perdants, pour les... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑