Le bon père, Noah Hawley

Paul Allen est rhumatologue, un spécialiste qui aime sa spécialité et gère ses diagnostiques avec rigueur : les faits sont les faits, et il faut les raccorder, sans en nier un seul. Il vit dans le Connecticut, un quartier huppé où il rentre après sa journée de travail à New-York. Un jeudi, soir de pizza... Lire la suite →

Publicités

Cette main qui a pris la mienne, Maggie O’Farrell

Non seulement, le titre fait carrément nunuche, mais l'illustration de la couverture aussi, ce qui fait que, heureusement, le souvenir d'un autre titre de cette auteure, qui m'avait marquée, ( L'étrange disparition d' Esme Lennox) m'a poussé vers ce titre. Et cela aurait été dommage de se priver de l'histoire de deux battantes, deux femmes... Lire la suite →

A travers les champs bleus, Claire Keegan

De cette ballade irlandaise, je ne retiendrai que peu. Les différentes nouvelles sont lissées par leurs ressemblances, l'atmosphère d'ensemble est presque trop cohérente, elle en devient uniforme. les histoires se tissent, lentement, entre rêves et regrets,  la mer ou la campagne en étroite résonance d'avec des états d'âme. Huit personnages en quête d'un destin, perte,... Lire la suite →

L’art de perdre, Alice Zaniter

Un versant de l'histoire de la décolonisation de l'Algérie, indispensable avant, après (ou sans, d'ailleurs), la lecture de Dans l'épaisseur de la chair de Ruys de Roblès : après le versant pied noir, le versant harki, si peu présent dans la dite grande histoire. Si les pieds noirs se sentirent aussi des perdants, pour les... Lire la suite →

Le sari vert, Ananda Devi

Un roman féminin, dont le féminisme est pris en charge par la voix d'un machiste haineux. En réalité, il n'est pas que machiste, il est surtout haineux , en particulier des femmes, mais à peine plus que du reste du monde.  Son surnom est Dokteur Dieu, c'est ainsi qu'il se voit, médecin infatigable, à défaut... Lire la suite →

Un singulier garçon, Kate Summercale

Juillet 1895, il fait torride sur le Londres de la révolution industrielle et sur ses fantasmes. La chaleur n'a sans doute rien à voir avec le crime commis par Rober Coombes, mais les fantasmes pèseront dans les explications et les commentaires sur "l'affaire de Plaistow" ou "La tragédie de Plaistow", selon les points de vue.... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑