L’art de perdre, Alice Zaniter

Un versant de l'histoire de la décolonisation de l'Algérie, indispensable avant, après (ou sans, d'ailleurs), la lecture de Dans l'épaisseur de la chair de Ruys de Roblès : après le versant pied noir, le versant harki, si peu présent dans la dite grande histoire. Si les pieds noirs se sentirent aussi des perdants, pour les... Lire la suite →

Publicités

Le sari vert, Ananda Devi

Un roman féminin, dont le féminisme est pris en charge par la voix d'un machiste haineux. En réalité, il n'est pas que machiste, il est surtout haineux , en particulier des femmes, mais à peine plus que du reste du monde.  Son surnom est Dokteur Dieu, c'est ainsi qu'il se voit, médecin infatigable, à défaut... Lire la suite →

Un singulier garçon, Kate Summercale

Juillet 1895, il fait torride sur le Londres de la révolution industrielle et sur ses fantasmes. La chaleur n'a sans doute rien à voir avec le crime commis par Rober Coombes, mais les fantasmes pèseront dans les explications et les commentaires sur "l'affaire de Plaistow" ou "La tragédie de Plaistow", selon les points de vue.... Lire la suite →

La succession, Jean Paul Dubois

Afin d'arrêter de mélanger Dubois avec Fournel (allez savoir pourquoi ces deux noms se sont acoquinés dans les méandres parfois obscurs de mes neurones), je me suis dit que ce serait bien de commencer par lire un des deux. Alors j'ai commencé par celui dont le nom commence par D, si j'arrive à m'en souvenir,... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑