Marguerite n’aime pas ses fesses, Erwan Larher

Mais comment peut-on être aussi cruche, nunuche, coincée, et être entourée d'autant de pervers narcissiques, et traverser le roman avec autant de fraîcheur candide ?

Publicités

Trois jours chez ma tante, Y. Ravey

Le hasard me fait croiser en ce moment quelques titres de la sélection Goncourt lycéens, ma curiosité a pris le pas sur mes lectures en cours. Pour aujourd'hui, ce sera bof quand même ... en attendant de peut-être poursuivre un peu l'aventure.

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut

Déjà, la dédicace m'a énervée, "Certains ne deviennent jamais fous ... Leurs vies doivent être bien ennuyeuses", la pétulance de la folie, ben voyons ! Déjà que je n'aime pas le pétillant en vin, en livre c'est pire, j'ai une tendance avérée pour le brut.

Numéro 11, Jonathan Coe

C'est un roman melting-pot pot où l'auteur semble si à l'aise avec son oeuvre, qu'il emmêle les pinceaux et construit, avec une  communicative jubilation, un tableau final, hétéroclite et super malin. Il balade son lecteur dans différents sous sols, lecteur qui se retrouve sans cesse à se demander ce qu'il est en train de lire,... Lire la suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑