L’art de la joie, Goliarda Sapienza

J'entends les commentaires d'ici ... Je sais, tout le monde l'a lu ce pavé incontournable, a suivi Modesta, la si mal nommée, dans son épopée rebelle vers la liberté, ou du moins une forme d'indépendance qu'elle arrache à son sort natal à coups de dents. Fille de rien, de la pauvreté rurale et inculte de... Lire la Suite →

Le testament de Dina, Herbjorg Wassmo

Dina, la mythique Dina, la sulfureuse Dina, Dina du magistral Livre de Dina, la femme amoureuse, la femme d'affaires, indépendante, cruelle, meurtrière et si peu mère de Benjamin ( le Benjamin du Fils de la providence), est décédée suite à l'incendie de son domaine de Reinsne, le domaine des origines. Le comptoir d'où elle avait... Lire la Suite →

Les testaments, Margareth Atwood

Dans cette "suite", l'auteure retourne le monde de La servante écarlate pour en montrer les dessous. Elle en ouvre les portes par trois voix de femmes, mais aucune n'est servante. La première est celle de tante Lydia, tapie dans l'ombre de l'institution des tantes, Ardua Hal. Elle tisse les fils de la chute, assistée par... Lire la Suite →

Le lys de Brooklyn, Betty Smith

Le lys, Francie Nolan a neuf ans au début du récit, et vingt ans à la fin. Elle met donc 694 pages à grandir de onze ans et sa famille à sortir de la grande pauvreté. C'est parfois très attachant, mais quand même un peu long, parce qu'elle grandit bien naïvement dans un quartier qui... Lire la Suite →

Les disparus, Daniel Mendelsohn

Depuis sa plus petite enfance, l'auteur est baigné dans la culture juive américaine. Cette mémoire des exilés est portée, silencieuse et bavarde, par de vieilles personnes, en assemblées familiales annuelles dans les appartements confinés de résidences de Miamy Beach, en Floride. les enfants et les petits enfants entendent leurs parents et ascendants multiples, directs ou... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑