Vie de Gérard Fulmard, Jean Echenoz

Echenoz est le spécialiste des hasards tordus, des personnages médiocres qui se prennent les pieds dans le tapis, des intrigues à tiroirs où le détail du début se révèle être le rouage invisible qui surgit à la fin comme une évidence pour retourner l'intrigue dans le sens de l'incongru subtil. Echenoz vous brosse un personnage... Lire la Suite →

Le cœur de l’Angleterre, Jonathan Coe

J'ai adoré retrouver Benjamin. Benjamin qui écoute la rivière, juste après avoir enterré sa mère. J'ai adoré retrouver les Trotter, les descendants des Trotters, retrouver les anciens de Bienvenu au club et Le cercle fermé. Ils ont vieilli bien sûr, mais plutôt bien dans l'ensemble, et si les illusions sont perdues, reste leur profonde humanité,... Lire la Suite →

La somme de nos folies, Shih-Li Kow

En Malaisie, le tourisme se fait industrie, la croissante économique bat son plein, la course aux progrès technologiques fait pousser les villes comme des champignons anarchiques. Du moins, on peut le supposer car à Lubok Sayona, il ne se passe vraiment pas grand chose, du moins en apparence. La ville, qui a des allures de... Lire la Suite →

Les falsificateurs, Antoine Bello

Brillant, troublant et jubilatoire, ce roman est une magistrale entourloupe qui raconte des entourloupes, c'est un roman en trompe l’œil, un nautile. On va de spirales en spirales pour arriver nul part encore car les héros, quand ils nous quittent, sont en partance pour de nouvelles aventures. Les héros sont les falsificateurs (il n'y a... Lire la Suite →

L’écrivain national, Serge Joncour

Où il est question, comme le titre l'indique, d'un écrivain, pas vraiment national, mais juste assez connu pour être invité par un couple de libraires pour une résidence d'artiste d'un mois. A Donzière. Ce n'est pas vraiment le gros lot de la notoriété. La petite ville qui invite se situe entre Nièvre et Morvan, en... Lire la Suite →

La grande à bouche molle, Philippe Jaenada

Ayant lu Jaenada à l'envers, je fais le chemin vers le début à rebours. Ainsi, j'ai lu la deuxième veine ( la veine redresseur de faits divers) dans le désordre par rapports aux parutions : La petite femelle, puis La serpe, et enfin Sulak. Depuis, je remonte vers Le chameau sauvage, consciencieusement. Avec ce titre,... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑