Le lys de Brooklyn, Betty Smith

Le lys, Francie Nolan a neuf ans au début du récit, et vingt ans à la fin. Elle met donc 694 pages à grandir de onze ans et sa famille à sortir de la grande pauvreté. C'est parfois très attachant, mais quand même un peu long, parce qu'elle grandit bien naïvement dans un quartier qui... Lire la Suite →

Publicités

Les disparus, Daniel Mendelsohn

Depuis sa plus petite enfance, l'auteur est baigné dans la culture juive américaine. Cette mémoire des exilés est portée, silencieuse et bavarde, par de vieilles personnes, en assemblées familiales annuelles dans les appartements confinés de résidences de Miamy Beach, en Floride. les enfants et les petits enfants entendent leurs parents et ascendants multiples, directs ou... Lire la Suite →

L’été des quatre rois, Camille Pascal

Le roman met 642 pages à raconter la chute de Charles X et la confiscation de la République par les modérés qui allèrent chercher par la culotte Philippe d'Orléans pour éteindre le feu qu'ils avaient allumé (pour être claire et ne pas se gourer de Philippe d'Orléans, celui-ci est le cousin de la branche cadette... Lire la Suite →

Petite soeur, mon amour; Joyce Carol Oates

Pour cette nouvelle lecture commune,  Ingannmic et moi même avons choisi de nous inspirer d'une liste de questions, parfois un peu déstabilisantes, établies par Sophie Calle dans le cadre d'une de ses interviews (1). Nous n'avons pas tout retenu, et cela fait déjà une note (deux ... je viens de lire la sienne en avant... Lire la Suite →

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑