Homesman, Glendon Swarthout

Dans les environs de Loup, dans le Nébraska, trois ans après leur arrivée dans les grandes plaines de l'Ouest à conquérir, quatre femmes sont devenues folles, dépossédées elles mêmes par des conditions de vie qui les ont aliénées à une terre, un mari ... Accablées, elles ont lâché prise. A 43 ans, Théoline ne peut... Lire la Suite →

Il n’est pire aveugle, John Boyne

J'avais adoré la plume satirique de l'auteur dans le machiavélique L'audacieux monsieur Swift, et c'est une plume trempée dans un tout autre vitriol que j'ai découvert dans ce roman qui s'ancre en plein dans une réalité sociale et politique bien concrète cette fois ci, celle de l'Irlande des années 2000-2010 qui découvre, horrifiée, la pédophilie... Lire la Suite →

Il était une ville, Thomas B. Reverdy

Lorsque Eugène débarque à Détroit, il est encore adepte de la théorie de Taylor, un peu échaudé par un échec en Chine, mais toujours attaché à l'idée qu'un employé peut améliorer son score, qu'une fois le score établi, ou l'objectif fixé par l'entreprise ( on peut aussi le dire comme cela) atteint, le système permet... Lire la Suite →

77, Marin Fouqué

77, numéro de la Seine et Marne. Selon le narrateur, on dit sept sept comme on dit neuf trois, même si le 77 n'a rien à voir avec le 93.  Le 77 dans ce roman, se limite à une commune, Vernou la Celle sur Seine, dont dépend le village de La thurelle, les habitants sont... Lire la Suite →

La sanction, Trévanian

Premier roman de l'auteur, il y crée, pour un autre roman seulement par la suite, le personnage de Jonathan Hemlock. Tueur sans émotion, professeur d'histoire des arts, séducteur, raffiné et glacé, il apparait comme un brouillon un peu brut de Nicolas Hel, le héros de Shibumi. Comme lui aussi alpiniste, et stratège de l'ascension, mais... Lire la Suite →

De bons voisins, Ryan David Jahn

L'auteur s'inspire d'un fait divers qui fit grand bruit au USA, le meurtre de Kitty Genovese, à New York, en 1964. A partir de ce qui s'est passé cette nuit là, une théorie du comportement social a été établie, nommée "l'effet du voisin" : plus les témoins d'un acte violent sont nombreux, moins ils réagissent... Lire la Suite →

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑