Des gens d’importance, Mariah Frédéricks

Jane Prescott est domestique à New York dans les années 1910. Elle connait très bien les codes et les usages qui se pratiquent dans les grandes familles de la ville, et les préséances matrimoniales qui y règnent. Elle a été engagée pour ses compétences dans une famille qui n’appartient pas encore vraiment au beau linge. La fortune des Benchley est récente, ostentatoire, à la limite du mauvais goût méprisable. Sa mission  première est de donner un peu de patine à la façade familiale et notamment de permettre aux deux filles de jouer convenablement leur partie dans le marché du mariage.

Pour l’ainée, Louise, la cause semble perdue d’avance. Sans grâce, voûtée par la timidité, pataude, les mains larges et épaisses, l’ensemble est peu mariable. Ses qualités de cœur comptant peu dans la balance, c’est surtout à elle que Jane s’attache.

Avec la plus jeune, Charlotte, il y a peu à faire. Jolie, élégante, elle manie la robe de créateur avec brio, elle sait se mettre en valeur, un peu trop même.  Ses manières aguicheuses, sans faire déborder les convenances, toutefois, flirtent avec un certain culot, peu propice à lui attirer les faveurs de toutes. Surtout qu’elle pêche dans des eaux déjà réservées. Elle conquiert ainsi un gros poisson, un riche héritier très en vue, Robert Norris Newsome. Certes, il est beau, riche, le patronyme est de bon augure et le fortune solide, il traîne cependant une réputation qui a quelques vapeurs de souffre ; le jeune homme est d’une flambeuse arrogance et, à l’approche de l’annonce officielle des fiançailles, semble peu pressé de marquer un attachement sincère et sans failles. Il le payera cher.

Jane Prescott se retrouve alors détective. Fille d’émigrant écossais, elle a été élevée par son oncle, pasteur dont la spécialité est de recueillir les prostituées en voies de reconversion. Solitaire, elle a pour seule meilleure amie, Anna, fille d’épiciers italiens, ouvrière révoltée par l’injustice qui a épousé la cause anarchiste. Ce qui lui donne une certaine hauteur de vue pour donner une vraie atmosphère à ce polar à la Downton Abbey, sans avoir la finesse sarcastique d’un Wharton. Mais l’intrigue se laisse bien dérouler et l’ensemble est de bonne facture pour qui se laisse tranquillement aller dans un canapé avec plaid.

Il semble d’ailleurs que ce soit le début d’une série, d’après ce que j’ai compris de la préface (ne pas la lire avant, d’ailleurs, elle résume quasiment la moitié du roman !)

12 commentaires sur “Des gens d’importance, Mariah Frédéricks

Ajouter un commentaire

    1. Bon, je ne suis pas certaine non plus pour la série, mais dans la préface, on annonce l’entrée de Jane dans la série grandes détectives de 10-18 … Elle est moins nunuche que certaines, genre les Miss Marple modernisées … Et en plus, d’ordinaire, je ne lis pas les préfaces, mais là j’ai cru que c’était le début du roman, carrément !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :