Sanditon, Jane Austen

De ce roman, Jane Austen n’a écrit que les onze premiers chapitres, et ce furent ces derniers écrits. Ils mettent en place les principaux protagonistes, la petite société bourgeoise, rurale, provinciale, où surgissent malgré tout quelques jeunes loups londoniens, très attractifs pour les jeunes filles qui composent un joli tableau de bord de mer.

En effet, Sanditon est une station balnéaire, enfin, disons plutôt que son fondateur, Mr Parker voudrait qu’elle le soit. Pour l’instant, c’est plutôt une esquisse … Mr Parker est obsédé par son projet qui le mène sur les routes à la recherche d’un médecin, service mis alors à la portée des résidents (on ne dit pas encore touristes) qui ne se pressent pas encore pour louer les demeures fraîchement construites. C’est ainsi qu’il fait connaissance avec la famille Heywood, de bonne facture mais peu fortunée et que l’aînée des filles, Charlotte, est conviée à partager les bienfaits de l’air maritime. Quelques semaines qui vont être décisives dans la découverte d’elle même et des relations sentimentales comme sait bien le conter Austen. Charlotte est l’héroïne victorienne parfaite, calme, observatrice, raisonnable, elle manie l’art de la conversation mondaine jusqu’au bout de l’ombrelle.

Autour de la figure de Mr Parker, se constitue petit à petit la micro société mise à l’étude de Charlotte, avec cette ironie piquante qui est la marque de l’auteure. Les jeunes filles et jeunes gens se croisent, les activités (peu nombreuses …) s’articulent autour des promenades, qui mettent en jeu les couples possibles, des thés qui permettent les longues conversations sur les nouveaux projets, la santé, la météo, les intérêts des uns et des autres soigneusement vernis … Car il y a un héritage à prendre, des jeunes hommes fortunés à conquérir,  et pas mal de jeunes filles à marier, qui tournent autour de l’esplanade, maniant l’art de la séduction en dentelles … L’art de la pique se concentre sur Lady Denham, vieille dame égocentrique, richissime et tyrannique et qui tient en laisse les projets pharaoniques de Mr Parker. Se détache aussi la figure de la romantique cousine, belle et mystérieuse, mais pauvre … Charlotte, qui ne tient pas à jouer le rôle de chaperon, observe, lucide, les tours et les détours des conventions qui occupent l’ensemble de l’intrigue, interprète les place prises autour des tables du salon de thé, les manœuvres des uns et des autres pour attraper le bon bras sur la plage, dans la récolte des algues, les allers et venues des conversations sans fin. La loupe de Charlotte grossit les apparences et s’y laisse parfois prendre lorsque, à son tour, son cœur se met à palpiter pour le plus dangereux manipulateur de la petite bande ..

On ne peut savoir quel destin Jane Austen réservait à Charlotte, mais celui qu’elle trouve est digne de sa non participation à la course maritale et de celui d’une digne héroïne victorienne. Il lui manque le piquant d’Elizabeth, même si le bel et facétieux, Sydney, l’élu de son coeur, a quand même un petit quelque chose de Darcy.

Une participation au challenge A year in England

Et une autre participation au challenge petit bac, catégorie lieux

Petit Bac 2021

18 commentaires sur “Sanditon, Jane Austen

Ajouter un commentaire

    1. Je n’ai pas trop vu le passage d’une plume à l’autre, sauf à la fin quand même quand l’intrigue se prend un peu les pieds dans les fils du rocambolesque romantique …

      J'aime

    1. J’aime bien son univers, même si son écriture est parfois un peu « bavarde » et c’est parfois le cas dans celui-ci. Mais bon, elle n’a écrit que les premiers chapitres …

      J'aime

  1. Quel beau billet, rempli de tournures inspirées («manie l’art de la conversation mondaine jusqu’au bout de l’ombrelle.») Et dire que je ne vais faire la rencontre de Jane Austen que cette année! Mieux vaut tard que jamais, me diras-tu! J’hésite encore sur LE titre à lire, cependant. J’hésite entre Orgueil et préjugés ou encore Raison et sentiments. Tu ne conseillerais lequel, toi?

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour le compliment ! C’est super de découvrir Jane Austen. Je n’ai pas lu Raison et sentiments, je me le garde en lecture finale, parce qu’après, j’aurais tout lu d’elle. Mais Orgueil et préjugés est considéré comme un de ses chefs d’oeuvre, J’avais adoré et même relu !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :